Consolidation de la paix en Guinée : Search For Common Ground implique les jeunes

Société
Search For Common Ground implique les jeunes dans la consolidation de la Paix
Search For Common Ground implique les jeunes dans la consolidation de la Paix

CONAKRY-Fidèle à sa mission de prévention et de résolution des conflits à travers des approches participatives, l'ONG internationale Search For Common Ground, a organisé ce mardi 24 novembre 2020, une session d’échange avec 30 jeunes de la commune de Ratoma. La rencontre qui s'est tenue à la maison des jeunes de Kobayah, était axée sur la situation sociopolitique du pays.

Elle entre en droite ligne de l'exécution du projet "Foniké Entrepreneurs sociaux pour la paix en Guinée". Les participants ont échangé autour du thème : « Rôles et responsabilités des jeunes dans la résolution des crises. Un cas pratique, la crise post-électorale en Guinée causes, conséquences et solutions ».

Au cours de cette rencontre qui vise à consolider la paix en Guinée, les échanges ont porté sur:              

     - La présentation sur l’identité et l’approche de Common Ground pour la transformation des conflits,

       - L’analyse sociopolitique et économique du pays, 

       - Recommandations et proposition d’un plan d’action.

Dans son intervention, l’ancien directeur communal de la jeunesse de Ratoma, Souleymane Soumah, a expliqué l’objectif de cette session.

 «Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la quiétude sociale parce que dès après les élections en République de Guinée, il y a eu assez de violences dans les différents quartiers. Donc, il était question de venir échanger avec les jeunes, faire l’analyse sociopolitique et économique dans notre pays. A travers cela, il y a eu beaucoup d’analyses chez les jeunes et il y a eu des recommandations pertinentes dans le cadre de la cohésion sociale. Parce que dans les différents quartiers, à Wanindara et Kissosso les jeunes étaient dressés les uns contre les autres. Cela a suscité assez des violences et des dégâts dans ces quartiers. Si aujourd’hui on se retrouve ici avec ces mêmes jeunes pour parler du rôle et de la responsabilité de chacun d’entre eux, je crois que c’est un ouf de soulagement », a expliqué Souleymane Keita.

De son côté, Oury Saran Baldé formateur business coach à "Osez Innover", partenaire du projet, a indiqué que 320 jeunes ont été identifiés dans les communes de Ratoma et Matoto et dans certaines préfectures de l’intérieur du pays, et formés sur l’entrepreneuriat en Guinée.

« En tant que partenaires de mise en œuvre, on a écouté les jeunes. On a vu qu'ils ont des idées et ils connaissent la situation. En plus de ça, c’est des jeunes qui sont prêts à participer à la consolidation de la paix. Mais il y a beaucoup d’initiatives. C’est pourquoi ces jeunes veulent vraiment être impliqués dans la résolution des conflits (…). Osez Innover intervient dans le domaine de l’entrepreneuriat. 320 jeunes ont été identifiés et ils seront formés en entrepreneuriat social pour pouvoir créer leur propre entreprise et participer à des concours », a déclaré Oury Saran Baldé.

Abundant dans le même sens, l’assistant du directeur communal de la jeunesse, des sports et de la culture de Rotama, a averti que si les jeunes ne sont pas impliqués dans la résolution des conflits dans les quartiers, le pays pourrait difficilement s'en sortir.  

« Si les jeunes ne sont pas unis on ne pourrait pas s’en sortir à la base. On appui les partenaires qui sont là pour accompagner les jeunes dans le cadre de la réalisation de leur projet. L'Etat contribue dans le cadre de la réinsertion des jeunes pour qu'ils soient autonomes et se retrouvent dans les postes de prise de décision. Parce qu’on a besoin de leur expertise afin qu’on évolue ensemble », a indiqué Fodé Ali Camara.

Au nom des participants, Djenabou Camara a remercié les organisateurs pour cette initiative. Elle a promis de s'impliquer dans la sensibilisation des jeunes dans son quartier.

« C’est important de continuer ces genres de rencontre d’échange dans nos quartiers pour le changement de mentalité des jeunes. J’ai appris beaucoup de nouvelles choses aujourd’hui. Je vais sensibiliser à ma manière dans mon quartier et aider les jeunes à changer de mentalité parce que la paix est primordiale », a déclaré Djenabou Camara.

Financé par la PBF (Fonds des Nations-Unies pour la consolidation de la paix), le projet Foniké Entrepreneurs Sociaux pour la Paix en Guinée regroupe  plusieurs partenaires pour sa mise oeuvre. Il s’agit du Parlement des Jeunes Leaders du Fleuve Mano, ABLOGUI, Osez Innover et les jeunes filles leaders de Guinée.

Bah Aïssatou

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 25 novembre 2020 à 9:49