Le camp d'Alpha Condé réplique: "Si la France et l'UE étaient de bonne foi…"

Election présidentielle en Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

CONAKRY-Alors qu'Alpha Condé a été déclaré par l'organe de gestion des élections en Guinée vainqueur du scrutin présidentiel du 18 octobre avec 59.4% des voix, la France et l'Union Européenne ont jeté le "doute sur la crédibilité des résultats", affirmant que des "interrogations demeurent". Cette position fait réagir les soutiens du président sortant, déclaré victorieux de l'élection.

"La position de l'UE et de la France pose problème. S'ils avaient voulu éviter les interrogations, ils allaient observer les élections. La porte ne leur était pas fermée pour envoyer des observateurs. S'ils ne se contentent pas de ce que les autres organisations censées être neutres ont déclaré, c'est qu'il y a autre chose derrière", réagit Alhousseine Makanéra Kaké, l'un des porte-parole du directoire de campagne d'Alpha Condé.

L'élection présidentielle guinéenne s'est déroulée dans des conditions globalement satisfaisantes, selon les observateurs de l'union africaine et de la CEDEAO. Ceci n'a pourtant pas empêché des violences dans le pays lors que Cellou Dalein Diallo a revendiqué sa "victoire". Les déclarations de la France et de l'UE sont intervenues dans un contexte de vives tensions dans le pays alors que quelques jours plutôt des commissaires de la CENI ont également dénoncés des anomalies mettant en cause la "crédibilité des résultats".

"Si la France et l'UE étaient de bonne foi, ils allaient observer les élections parce que c'est ce qui leur aurait permis d'avoir une opinion. Tu ne peux pas avoir une opinion objective sur quelque chose que tu n'as pas observé. Pour nous on est tranquille. Qu'on dise que l'UE pose des interrogations, on espère qu'ils resteront à ce stade des interrogations. De toutes les façons comme ils demandent de faire recours aux voies légales pour régler les différends électoraux, on est serein. Nous mettons au défi l'UFDG de prouver ses dires parce que c'est très facile de dire j'ai gagné", a précisé M. Kaké.

A suivre…

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Mercredi 28 octobre 2020 à 21:01