Shirley Ayorkor Botchway de la Cédéao: "le débat sur le 3è mandat est derrière nous…"

Election présidentielle en Guinée
Shirley Ayorkor Botchway, ministre des Affaires Etrangères du Ghana
Shirley Ayorkor Botchway, ministre des Affaires Etrangères du Ghana

CONAKRY- En prélude à l'élection présidentielle du 18 octobre, une mission conjointe CEDEAO, Union Africaine, Nations-Unies, conduite par la ministre des Affaires Etrangères du Ghana a bouclé des travaux à Conakry, ce vendredi 2 octobre 2020.

Interpelée sur les "récriminations" du FNDC par rapport au troisième mandat d'Alpha Condé, en marge du point de presse animé par ladite mission, Shirley Ayorkor Botchway, a martelé que ce "débat est clos" dès lors que la Cour Constitutionnelle, a validé les candidatures. Selon elle, il revient désormais au peuple de Guinée de choisir en exprimant dans les urnes le 18 octobre.

"Oui, nous avons parlé du troisième mandat hier avec le FNDC. Ils nous ont donné leur avis. Pour cette situation, nous sommes à environ 2 semaines des élections. Et je pense que la constitution est très claire sur la candidature des partis politiques. La Cour Constitutionnelle a validé les candidatures. Il revient désormais au peuple de Guinée d'aller aux élections et voter pour le candidat de leur choix. Maintenant, les citoyens doivent aller aux urnes pour choisir leur candidat. Il est important pour eux d'utiliser leur voix pour exprimer leur opinion", a martelé madame Shirley Ayorkor Botchway.

 

La présidente du Conseil des ministres des affaires étrangères de la CEDEAO, a annoncé qu'un nombre important d'observateurs sera déployé par l'organisation sous-régionale lors de l'élection du 18 octobre. Leur mission, précise-telle, n'est pas de valider les élections, mais plutôt de faire des rapports de la situation. Il reviendra, a-t-elle fait remarquer, aux institutions guinéennes habilitées en matière électorale de se prononcer sur les élections. Elle assure que le président Alpha Condé a donné la garantie d'organiser une élection apaisée.

 

"Le président Alpha Condé a été très explicite par rapport à la situation de la Guinée. Il a dit qu'il n'encourage aucune forme de violence dans le processus électoral et en cette période de campagne. Il a montré son engagement pour l'organisation d'une élection apaisée", a-t-elle précisé.

A suivre…

Africaguinee.com

 

Créé le Samedi 03 octobre 2020 à 3:27