Dr Fodé Oussou parle: "Comment nous comptons gagner la présidentielle…"

Interview
Dr Fodé Oussou Fofana
Dr Fodé Oussou Fofana

CONAKRY-Quelle stratégie l'UFDG compte-t-elle adopter pour gagner face à Alpha Condé le 18 octobre ? Dans cette interview, Dr Fodé Oussou Fofana, l'un des vice-présidents du parti lève le voile sur les chances de victoire de Cellou Dalein Diallo. D'autres sujets brûlants de l'actualité tels que le fichier électoral ont aussi été abordés dans cet entretien.  

AFRICAGUINEE.COM : la CENI vient de publier les statistiques finales du fichier électoral. Quelle lecture en faites-vous ?

DR Fode OUSSOU FOFANA : Je pense que depuis quelques années nous parlons de ce fichier électoral. Depuis quelques années nous avons assisté à l’enrôlement des enfants dans la région de la Haute Guinée. On a vu des enfants à visage découvert se faire enrôler. Quelle que soit la stratégie ou le mode utilisé, les résultats donnent la même chose. Ça veut dire qu’il y a une région qui domine sur les autres. Quand Kankan dépasse Conakry, ça soulève des interrogations, des questionnements. Mais aujourd’hui, à mon humble avis, nous n’allons pas passer notre vie à parler de ça.  Ce que monsieur Alpha Condé ne sait pas, faire un fichier est une chose, mais les gens que tu as mis dedans, est-ce qu’ils vont tous voter pour toi ? Ça personne ne le sait. Personne ne peut dire pour qui les guinéens vont voter. La seule chose qui est claire, c’est que les 80% de jeunes qui sont sur le fichier électoral, ne veulent plus de cette gouvernance d’Alpha Condé et ne veulent plus de lui comme président.

Aujourd'hui, regardez la Haute Guinée, la Forêt, c’est des gens qui se sont battus pendant 40ans pour Alpha. Mais regardez toutes les promesses qu’il a tenues, il n’y a pas une seule qu’il a pu faire. Il n’y a pas une région où la misère s’est accentuée plus que la Haute Guinée pendant les dix ans de gouvernance d'Alpha Condé. Quand vous arrivez en Haute Guinée, vous voyez l’état des routes, le niveau de vie des gens, la situation dans laquelle la population est en train de vivre, vous avez pitié. Pourquoi ? Parce que pendant 40 ans cette zone était considérée comme étant son fief. Ça veut dire il y en a qui sont nés et grandis avec l’image d’Alpha, il y a certaines personnes, leur rêve c’était de voir Alpha président. Ils n’avaient jamais imaginé qu’ils allaient mieux vivre sous le régime de Lansana Conté que celui d’Alpha Condé.  

Est-ce que malgré les disparités que vous dénoncez, l'UFDG est prête à aller aux élections avec ce fichier ?

Le problème, depuis combien de temps on est en train de se battre pour qu’on ait un fichier à l’image des fichiers des autres pays de la sous-région ? Quand vous prenez un pays comme le Sénégal, vous avez votre carte d’identité qui est votre carte d’électeur. Dans les pays de la sous-région on ne parle plus du fichier électoral, c’est quelque chose qui est derrière. La Guinée est le seul pays au monde où on est encore avec cette affaire de cartes d’électeurs, de fichier électoral que des gens se permettent de falsifier à leur guise. Ils rentrent dans un bureau, ils se disent donc, de toute façon, la région de Labé et Mamou, c’est ce que ça donne, et voilà, nous de la région de Kankan, Faranah, les deux réunies peuvent donner plus de 50% à monsieur Alpha Condé. Mais ce que les gens ne savent pas, c'est pour qui les guinéens vont voter. Mais moi je le sais, cette fois-ci, les guinéens ne voteront pas pour Alpha Condé. Ça c’est très clair. On ne va pas encore continuer à parler du fichier électoral, je n’ai pas envie de faire trop de commentaire par rapport à ça. Allons aux élections, M. Alpha Condé va dire aux guinéens pourquoi, il veut d’un troisième mandat ? Il va encore dire ou tenir encore des promesses. Mais les gens vont le rétorquer en lui mettant sur plateau, les promesses qu’il a tenues, est-ce qu’il les a réalisées ? A partir de cet instant-là, on verra bien.

Un scénario à la sénégalaise est-il possible en Guinée ?

Mais M. Alpha Condé peut perdre ces élections dès le premier tour. Ça veut dire qu’aujourd’hui, Cellou Dalein n’est pas le candidat de l’UFDG seulement. Ce n’est même pas le candidat de l’opposition. Cellou Dalein, c’est le candidat de l’ensemble des Guinéens déçus, le candidat des guinéens qui en ont marre de cette éthnostratégie. Aujourd'hui, quand vous quittez Conakry pour aller à Kindia, vous bougez à 6h du matin, vous arrivez vers 20H 30, ça c’est catastrophique. Vous n’êtes pas capables de quitter Conakry pour aller à Forécariah. Imaginez le nombre de premiers ministres que cette ville a eu. Vous regardez toutes ces promesses tenues par monsieur Alpha Condé, la question que je me pose, c’est de savoir, qu’est-ce qu’il va faire ? Est-ce qu'il va encore prendre un hélicoptère soulever la poussière demander aux guinéens de voter pour lui ? Personne ne votera pour M. Alpha Condé. 

Je suis plutôt convaincu que cette élection, elle n’a rien à voir avec celle de 2010, de 2015. Ça va être une élection qui va faire tache d’huile dans la sous-région. Ça va être une élection qui va faire tache d’huile au niveau de l’Afrique, parce que pour une fois, les guinéens vont se lever contre M. Alpha Condé. Mais ce qu’il ne peut pas faire, et qu’il a l’habitude de faire, c’est de faire des PV des bureaux de vote, et se donner les résultats qu’il veut. Non, ça ne marchera plus. Parce que les gens, ils seront dans les bureaux de vote, ce sont des guinéens qui vont sécuriser leurs votes, parce que ces résultats vont être centralisés, parce que nous aurons toutes les copies sorties des résultats des bureaux de vote.

Vous espérez un vote de sanction contre M. Alpha Condé ?

Bien sûr. Ce n’est pas parce qu’ils aiment Cellou ou pas, le problème n’est plus là-bas. Ce n'est plus une affaire de quelqu’un (…)

Comment l'UFDG remobilise ses militants après le boycott des législatives ?

Ce que les gens ne savent pas et qui est fondamental, c’est que l’UFDG est une machine. Nous avons pris la grande décision de ne pas participer à ces élections législatives. Le corps électoral était de 7 millions. Quand on n’a pas participé, M. Alpha Condé a en profité pour demander aux gens, maintenant vous pouvez faire des corrections, on a fait des corrections, on a ramené le fichier à 5 millions d’électeurs et quelques. Mais monsieur Alpha Condé, ce qui l’intéresse, c’est d’organiser des élections, en mettant dehors les grands partis.  Nous avons posé un problème en disant que le fichier n’était pas bon, les experts sont arrivés et ont trouvé par A+B que le fichier n’est pas bon. Ce que les gens ne savent pas, c’est monsieur Alpha Condé en fin de compte qui nous a exclus. Parce qu’au lieu de reconnaitre qu’on avait parfaitement raison et que le fichier n’était pas bon, et qu’on fasse la correction et on appelle tout le monde pour que l’élection soit inclusive, il a dit non seulement on va corriger, mais ceux qui n’étaient pas là, ne seront plus là. Un président de la république qui décide d’exclure des partis politiques au cours d’une élection.

Quelle est la stratégie de l’UFDG pour gagner ces élections ?

La première c’est d’aller à la rencontre des guinéens d’abord de tous les partis politiques. Nous avons commencé les démarches. Aller à l’endroit de tous les partis politiques pour que les gens comprennent que ce n’est pas une élection simplement de l’UFDG, c’est une élection du peuple de Guinée contre la candidature de monsieur Alpha Condé. Donc c'est d'aller à l’endroit des guinéens, les rassurer que ce vote il est important. Parce qu’il s’agit de leurs vies, de leurs voix, de leur avenir et que c’est une occasion à jamais de mettre un terme au régime de monsieur Alpha Condé, de cette dictature. Nous irons à l’intérieur du pays, autant qu’on peut parce qu’il n’y a même pas de routes, rencontrer les guinéens, leur parler le langage de la vérité, leur expliquer l’état dans lequel on est. Parce qu’heureusement aujourd’hui, les problèmes d’ethnies n’ont plus de place ici. Les Guinéens, dans leur écrasante majorité, les gens ont compris. Ce n’est pas une question de Soussou, peul, forestier ou malinké. C’est tous les guinéens qui sont dans la même situation, tu ne sortiras pas quelqu’un aujourd’hui qui ne parle pas de monsieur Alpha Condé et de son clan. C’est un clan qui s’enrichit et qui ne veut pas que ça change. Mais si vous les prenez, ils ne représentent même pas 1% de la population. C'est ce clan qui est en train de s’enrichir.

Comment vous comptez réussir à faire adhérer les militants des partis qui ont appelé au boycott de l’élection ?

Le combat du FNDC est un combat dans lequel nous nous sommes inscrits et nous restons membre à part entière. C’est vrai qu’il y a des partis politiques qui ne sont pas venus à ces élections mais, il ne faut pas se tromper d’adversaire. Et nous on n’a pas d’adversaire au FNDC. Quelle que soit les démarches, il faut y aller, par tous les moyens. Parce que messieurs Sidya Touré, Lansana Kouyaté, Cellou Dalein, les gens du FNDC pendant toutes ces années, le seul combat qui a été mené, c’est pour empêcher le troisième mandat de monsieur Alpha Condé. Le seul combat pour lequel les gens sont en train de se battre c'est pour mettre fin à cette précarité. Sidya Touré est un monsieur pour lequel on a du respect et de la considération, je pense que monsieur Cellou Dalein a entamé des démarches, pour que, au lieu qu’il soit le candidat de l’UFDG, qu’il soit le candidat de l’ensemble des guinéens, de cette opposition, des guinéens qui sont frustrés, qui en ont marre et qui veulent sortir de cette situation. Et je vous le garantis, rien ne nous enlèvera sur ce chemin, personne ne dira un mot contre le FNDC, contre un leader d’un parti politique, de leurs militants. Parce qu'au finish, si Alpha Condé gagne, la misère pour les six ans à venir, ne sera pas que pour l’UFDG, mais pour l’ensemble des guinéens et des partis politiques.

Peu importe le victorieux, certains partis membres du FNDC avertissent qu'ils ne reconnaitraient pas les résultats. Qu'en dites-vous ?

On n’a même pas encore commencé la campagne. On n’a même pas encore commencé à rencontrer ces gens, en attendant cette phase, on mettra tout ce qui est comme moyens pour que nous soyons suivis et entendus. Parce que c’est dans l’union qu’on pourra gagner, sinon personne ne pourra quelque chose contre Alpha. Mais unis contre Alpha, on sera victorieux. L’UFDG est dans cette logique, on a dit que nous allons dans les urnes pour le battre. Mais nous serons encore en tête dans les rues pour combattre monsieur Alpha Condé. Ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas membres du FNDC, non, ça ne veut pas dire que les gens du FNDC n’ont pas le droit se fâcher non. On ne peut pas juger les propos de leaders des partis politiques, mais l’objectif, que nous soyons tous ensemble pour l’ultime combat qui consiste à se débarrasser de monsieur Alpha Condé et de son clan.

Comment préparez-vous cette campagne ?

Cette campagne c’est déjà un argument de taille. On sait comment ça s’est passé ici. On avait l’habitude nous, de faire le tour de la Guinée. Mais je promets, que nous allons nous arranger à avoir accès aux guinéens de là où ils sont. Je suis convaincu, nous vivons tous la même situation. La dégradation de l’état des routes, cette situation-là n’est pas favorable au RPG par rapport à nous. Allez-y demander comment il compte battre campagne ? Ou bien ils vont continuer à prendre l’avion, aller à Bamako et venir à Siguiri pour faire campagne ? Ce que je demande, que le président Alpha Condé abandonne l’hélicoptère, que lui-même monte dans un véhicule, qu’il fasse le trajet Conakry-Kindia, s’il continue la campagne pour vouloir encore être président, je saurais que c’est vraiment très grave. Parce que je sais là où il est, il n’a aucune idée de l’état des routes. Personne n’a davantage plus que l’autre, nous sommes dans la même situation et la population va comprendre. Aujourd’hui nous sommes le 15 septembre pour une élection qui se tient au 18 octobre. Comment il faut faire le tour de la Guinée ? Mais en ce qui nous concerne, nous allons continuer à battre campagne avec les moyens qu’on a parce qu’on n’a pas les moyens de l’Etat. Je pense que les guinéens, lorsqu’ils verront Alpha Condé descendre de l’hélicoptère à Forécariah, au stade de Kindia, ils comprendront qu’il ne se fait aucun souci pour eux.

Est-ce Fodé Oussou qui sera encore le directeur de campagne de l’UFDG ?

A 90%, je peux vous dire oui. On ne change pas une équipe qui gagne. En 2010, le candidat que j’avais sous la main, qui s’appelle Cellou Dalein a été premier sur 24 candidats. En 2015, on a vu comment ça s’est passé. Honnêtement, je connais le candidat mieux que quiconque dans ce pays. Je l’ai pratiqué, depuis 2007, je suis avec lui. Je le connais exactement, qui il est, je sais que c’est plus facile pour moi de parler de Cellou Dalein. Parce que tout ce que je dis de lui, vient du fond du cœur, ce n’est pas du mensonge mais de la réalité. C’est pourquoi je dis encore, pour moi, Cellou c’est un produit vendable. C’est comme si on vous donnait un IPhone 11Pro et du tecno A1.

Qui est l'Iphone et qui le tecno ?

Le tecno c'est Alpha. Je vous dis ici clairement, si Kassory accepte d’être le directeur de campagne d’Alpha, je l’inviterai à un débat télévisé, pour qu’il me dise exactement son bilan. Parce que Kassory a eu un bilan en tant que membre du gouvernement de Lansana Conté, ministre des investissements. Kassory peut mieux défendre Kassory que de défendre Alpha. Parce que Kassory lui-même sait qu’Alpha Condé n’est pas un homme défendable. Je ne suis pas économiste et les guinéens ne vivent de l’économie. Je veux que Kassory me dise voilà les promesses tenues par monsieur Alpha Condé. Mais cette fois-ci, pour rien au monde nous n’accepterons qu’Alpha Condé fuie le débat avec son challenger.

Je suis convaincu que Cellou peut gagner au premier tour. Personne ne dira qu'il y a un second tour parce qu’on a gagné dès le premier tour. D'ailleurs pour cette campagne, il n'y a même pas de moyens pour aller à l'intérieur du pays faute de routes. Donc, mettons les candidats face à face, notons Alpha devant son peuple, s’il a le courage d’affronter Cellou Dalein, qu’ils se regardent face à face, qu’il dise aux guinéens pourquoi lui Alpha Condé après les dix ans avec tout l’échec pourquoi il veut être candidat.

Quel est votre mot de la fin ?

Je voudrais rassurez les guinéens, leur dire que c’est une occasion, elle est unique. Beaucoup de guinéens ont perdu leurs vies pour que notre pays soit un pays démocratique. Beaucoup de jeunes sont tués, enterrés que ça soit à Conakry, Zogota, Womé, il y a beaucoup de guinéens qui ont perdu la vie pour cette affaire de démocratie. Il y en qui ont souffert dans leur chair, certains ont été arrêtés arbitrairement, emprisonnés. Vous avez aujourd’hui Roger Bamba qui est un jeune et qui a été arrêté comme ça au siège de l’Assemblée Nationale. Vous avez monsieur Souleymane Condé, le représentant du FNDC aux Etats-Unis, qui est arrivé ici et croyant que nous sommes dans un pays normal qui est aujourd’hui en prison.  Vous avez des guinéens qui ne peuvent pas avoir trois repas par jour, qui ne peuvent payer la scolarité de leurs enfants, des milliers de jeunes diplômés et qualifiés qui malheureusement n’ont pas eu leur  premier emploi. 

Nous sommes un pays potentiellement riche, mais cette richesse-là ne profite qu’à une poignée de personnes. Le clan mafieux de monsieur Alpha Condé. A mon humble avis, nous avons l’occasion, on a fait des manifestations M. Alpha Condé n’a pas compris, il a organisé des élections mais a toujours triché sans rien gagner.  Nous avons la dernière occasion, parce que celui qui ne devrait pas être candidat, celui dont la candidature devrait être rejetée par la Cour Constitutionnelle, c'est bien Alpha Condé, on a quand-même forcé la situation pour lui donner la possibilité de se présenter, que le peuple de Guinée, une bonne fois pour toute, s’en débarrasse dans les urnes et on va finir tranquillement avec lui. On va réconcilier les Guinéens, les mettre au travail, on ne parlera plus de problème de communauté dans ce pays.

Interview réalisée par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 16 septembre 2020 à 12:39