Macenta : Le Pouvoir cède face à la pression des jeunes…

Echos de nos régions
Manifestation à Macenta
Manifestation à Macenta

MACENTA-Le gouvernement guinéen vient de céder face à la pression des jeunes de Macenta qui réclament depuis des semaines, le bitumage des voiries urbaines de leur préfecture. Ce lundi 7 septembre 2020, des machines destinées aux travaux, ont commencé à être débarquées au bloc administratif. 

Selon nos informations, c’est pour satisfaire la revendication des jeunes que ces machines ont été déployées pour commencer les activités.  Selon le maire de Macenta, il s’agit bien des travaux de bitumages.

« Les travaux sont effectivement annoncés, ils ont envoyé déjà les gradeurs, on attend juste les chargeurs pour commencer les activités. Nous nous sommes compris avec les jeunes. C’est bien les travaux de bitumage. Vous savez on ne peut pas faire le bitumage sans commencer par le reprofilage », nous a confié Enego Guilavogui, maire de la commune urbaine de Nzérékoré.

Un des jeunes membre du mouvement qui proteste à Macenta a confirmé avoir trouvé des machines devant le bloc administratif de la préfecture. Mais de son côté, le doute plane encore. S’agit-il d’un simple reprofilage ou du bitumage ? Il attend d'y voir clair.

« Le matin vers 09h, j’ai vu deux des machines devant la préfecture. Je suis resté, il y a une machine qui était déjà à la préfecture, et une seconde est rentrée dans une remorque. La machine a été débarquée et la remorque s’est retournée. Mais il y a deux questions qu’on se pose. Nous avons demandé que la ville soit bitumée. Mais c’est seulement des machines qu’on a vu débarquer. On se demande est-ce que c’est réellement le bitumage, parce que les gens ont besoin du goudron. Il ne s’agit pas de venir mettre la terre rouge dans la ville. Alors si c’est cela, que l’autorité s’attende à autre problème. Les gens vont sortir pour rependre les rues, mais si c’est le goudron, là c’est bien », soutien Pépé Guilavogui.

Depuis jeudi dernier, Antoine Béavogui, leaders du mouvement des jeunes qui manifestent pour réclamer le bitumage des voiries urbaines de Macenta est porté disparu. Aucune personne ne connaît sa destination. Interpellé sur ce sujet, le maire de la ville a fait savoir que l’autorité a donné toutes les pistes aux jeunes pour leur permettre de fouiller les prisons en guise de vérification. Une manière de prouver son innocence dans cette affaire.

‘’Monsieur le préfet avait mis une voiture à la disposition des jeunes. Il avait même signé leur ordre de mission, le commissaire centrale adjoint, le chef de peloton, et deux autres jeunes, pour aller vérifier dans les lieux de détention, mais ils ont dit que ce n’est pas la peine. Il serait mieux d’aller voir la société orange pour vérifier avec qui il a fait la dernière conversation’’, se défend le maire.

De leur côté, les jeunes protestataires menacent toute personne qui serait impliquée dans l’enlèvement de leur amis.  Selon Pépé, les enquêtes sont en cours pour trouver les traces d’Antoine Béavogui.

« On s'interroge beaucoup. L’autorité dit ne rien savoir par rapport à la disparition d’Antoine Béavogui. Nous sommes en train de mener nos petites enquêtes. Mais s’il s’avère que l’autorité est impliquée dans cet enlèvement, je crois ça va très mal se passer parce que tous ceux qui seront impliqués, nous serons obligés de demander leur départ puisque ce sont des criminels. Sa famille ne sait pas où il est parti. Donc nous sommes sur nos petites enquêtes mais si jamais c’est le préfet qui est responsable ou qui que ce soit, on demandera son départ de Macenta et il quittera immédiatement dans les 24h qui suivent », menace Pépé Guilavogui. 

A suivre…

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél: (00224) 628 80 17 43

Créé le Lundi 07 septembre 2020 à 18:45