Aly Kaba sur l'investiture de Cellou: "il y a un plan machiavélique derrière..."

Election présidentielle en Guinée
Lee député Aly Kaba
Lee député Aly Kaba

CONAKRY-La candidature de Cellou Dalein Diallo à l'élection présidentielle ne rassure pas le camp présidentiel. L'honorable Aly KABA, chef de la majorité présidentielle au parlement dénonce un plan "machiavélique" qui serait derrière cette investiture de l'opposant.

Interrogé ce dimanche 6 septembre 2020 par rapport à la candidature de Cellou Dalein Diallo à cette élection alors qu'il avait boycotté les législatives, ce cadre du RPG a tout d'abord salué l'initiative avant de faire un avertissement.

 « Nous saluons d'abord cette initiative. La démocratie c’est aussi les élections, elles comptent beaucoup. Sans elles, je ne crois pas que la démocratie puisse avoir son sens. On parle toujours d’alternance, on ne saurait opérer l’alternance dans la démocratie que par les élections. Donc, aujourd’hui l’UFDG a fait une certaine prise de conscience. Parce que le double scrutin a été boycotté et à mon humble avis, si cette formation politique considère aujourd’hui que sa participation au scrutin présidentiel, comme souhaité par la majorité des instances du parti (…) je salue cela parce que ça donne la vitalité à la démocratie. Il n’est pas dit que quand un parti tel que l’UFDG n’est pas candidat, la démocratie ne va pas continuer. Mais pour l’intérêt même du parti à lui, si la décision du parti est que M. Cellou Dalein Diallo soit candidat, je crois que c’est une bonne chose", a réagi l'honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel.

Après avoir été investi ce dimanche par l'UFDG, Cellou Dalein Diallo a livré un message clair, prévenant que si Alpha Condé ne reconnait pas sa défaite dans les urnes, la rue se fera entendre "sans coup férir.

"Nous prenons déjà à témoin la communauté internationale qu’il est hors de question cette fois-ci que notre victoire soit confisquée. Il est temps qu’elle interpelle Alpha Condé, qu’elle lui rappelle les règles élémentaires de la démocratie. Si c’est entre nos mains qu’elle abandonne cette mission, alors Alpha Condé assumera toutes les conséquences de son entêtement et de sa kleptomanie électorale. Nous lui donnons rendez-vous le 18 octobre. Nous lui montrerons que notre volonté de changement et d’alternance ne se négociera plus. 2020 n’est pas 2010, encore moins 2015. Nous sommes prêts. Nous gagnerons. Qu’Alpha Condé se le tienne pour dit. Cela est écrit. Cela sera accompli", a averti Cellou Dalein Diallo.

Pour le député Aly KABA, il y a un plan machiavélique derrière cette investiture. Ce responsable de la majorité présidentielle, lance toutefois un avertissement. "Nous devinons la silhouette d’un schéma tracé, sans ambages.  Je vous le dirai que c’est un plan machiavélique qui est derrière cette investiture. Nous avons des informations:  c’est d’aller à ces élections et de crier dès après le vote même sans avoir fini le dépouillement pour dire voilà, il y a le hold-up qui commence, le bourrage d’urnes et que l’élection s’apparente à une mascarade pour susciter des incidents dans le pays. Se servir de ce prétexte pour chercher à mettre des militants dans la rue, imposer la violence dans le pays, dans le cynique dessin de faire intervenir l’armée sur la scène, pour justifier l’incompréhension ou la mésentente entre les acteurs politiques.

Et pour cela, nous sommes en train de prendre toutes les dispositions en la matière. Je lancerai un appel solennel, à la CENI, la Cour Constitutionnelle, que chacun à son niveau puisse donner les gages d’une transparence. Que la CENI essaie de faire le travail correctement : que les documents électoraux soient faits dans les règles de l’art. Que la CENI puisse trouver les moyens pour mettre des bureaux de vote partout où le découpage l’exige, qu'elle puisse former les membres des bureaux de vote, les activités antérieures qu’elle a l’habitude de faire, de les améliorer au maximum. Et faire en sorte que l’observation du scrutin se fasse dans les meilleures conditions et que les résultats sortis des urnes soient annoncés.

 A la Cour Constitutionnelle, qu'elle puisse dire la loi. On est pour tous. Mais avant, quiconque tenterait de créer le désordre dans le pays, pour justifier une fraude d’une élection dont les résultats ou les compilations ne sont pas terminées, nous allons prendre à ce niveau des dispositions et demanderons aux autorités compétentes en la matière de protéger la République et ses Institutions », prévient le député, Aly Kaba, chef de la majorité présidentielle.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

 

Créé le Dimanche 06 septembre 2020 à 22:57