Maison Centrale: les primes des détenus hygiénistes ont-elles été détournées?

Société
Un détenu à la maison centrale, image d'archive
Un détenu à la maison centrale, image d'archive

CONAKRY- Le non payement des primes destinées aux détenus recrutés pour le nettoyage du CTE installé à la maison centrale fait des mécontents. Après un mois de travail, ces prisonniers recrutés comme hygiénistes devaient recevoir une prime d’un million huit cent mille 1 800 000fg plus et sac de riz chacun, a-t-on appris.

N’ayant pas perçu leurs primes, ces détenus en colère ont décidé ce mercredi 17 juin 2020 de réclamer leurs dues aux responsables des lieux. Au nombre de vingt-deux (22), ces prisonniers hygiénistes exigent le payement de leurs primes, sans quoi ils arrêtent le travail.

« Rien ne va à la Maison Centrale ici. Nous les prisonniers que les autorités ont choisies pour nettoyer et laver le centre de traitement et les combinaisons des médecins n’avons pas reçu nos primes. Nous sommes au nombre de 22 repartis en deux groupes, un groupe de 11 personnes travaillent la journée et les 11 autres le soir. Normalement, ils devraient recruter les gens dehors qui sont bien formés et qui connaissent bien ce travail mais ils nous ont pris pour nous faire ce travail. Après le travail, ils devaient nous payer à la fin du mois. Chacun de nous devait avoir un million huit cent mille 1 800 000 fg plus un sac de riz mais ils refusent de nous donner notre argent et les sacs de riz. Donc aujourd’hui nous aussi on a décidé de ne rien faire tant qu’ils ne nous payent pas. Nous demandons à ce qu’ils nous donnent nos primes, chacun un million huit cent mille 1 800 000 fg plus un sac de riz parce qu’on a travaillé tout le mois », nous a confié un détenu qui demandent à être payé tout ajoutant que plusieurs de leurs camarades sont tombés malades.

Lire aussi-Scandale à Conakry : des prisonniers recrutés dans la lutte contre la COVID-19 réclament leurs primes…

« Ce qui est plus grave encore on n’est pas formé pour ce travail, nous risquons nos vies et après le travail ils refusent encore de nous donner nos primes. Les chefs d’ici nous ont dit aujourd’hui qu’ils n’ont pas reçu de l’argent pour nous mais qu’ils vont nous donner nos sacs de riz. Après ça, un des chefs nous a appelés pour dire encore qu’il va racheter nos sacs de riz et il va donner à chacun de nous cent mille 100 000 fg comme le prix du sac de riz. Maintenant comme on a refusé de prendre ça aussi ils nous ont dit alors qu’ils vont nous renvoyer dans nos cellules et ils vont recruter d’autres prisonniers pour faire le travail. Nous sommes des prisonniers mais nous avons des droits aussi. Actuellement d’ailleurs, il y a des gens parmi nous les 22 travailleurs qui sont tombés malades, le chef de notre groupe est gravement malade, il est couché depuis quelques jours, il ne marche pas et on ne sait pas s’il est atteint du COVID-19 », a ajouté ce prisonnier qui a voulu garder l’anonymat.

Interpellé sur ce sujet, le régisseur de la maison centrale a démenti cette information. « Ce n’est pas vrai, c’est faux et archi-faux. Chacun a reçu et signé devant son nom. Mais il y a des personnes qui cherchent toujours à empoisonner l’atmosphère pour créer la confusion. Chacun a reçu son sac de riz et signé. En ce qui concerne, les primes, moi ne je n’ai pas vu cet argent de mes yeux pour le moment. Ça relève de l’ANSS (agence nationale de sécurité sanitaire) », a indiqué M. Soriba Bangoura.

Selon nos informations à date, une centaine de malades sont enregistrés à la Maison Centrale de Conakry dont 40 prisonniers testés positifs au coronavirus.

Affaire à suivre...

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Jeudi 18 juin 2020 à 16:14