Coronavirus: L’OMS se dit «inquiète» des nouveaux cas à Pékin

Coronavirus

La centaine de nouvelles contaminations au Covid-19 observées dans la capitale chinoise préoccupe Michael Ryan, le chef du programme d’urgence au sein de l’Organisation mondiale de la santé. Il souhaite appliquer «un paquet entier» de mesures pour faire face à la menace.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est «inquiète» après plus de cent nouveaux cas de coronavirus observés à Pékin. Elle a dit lundi à Genève qu’elle pourrait soutenir dans les prochains jours son bureau en Chine avec davantage d’«expertise».

«L’émergence de nouveaux groupes de cas est toujours inquiétante» lorsque ceux-ci ne peuvent être expliqués, a dit à la presse le chef du programme d’urgence au sein de l’organisation, Michael Ryan. Il a ajouté que cette préoccupation pouvait être observée dans la «réponse» des autorités locales qui ont fermé notamment tous les sites culturels.

«Nous voulons voir une réaction immédiate» et «un paquet entier» de dispositifs pour identifier les composantes de ces nouveaux cas, a-t-il dit. Plus largement, il a affirmé que de nombreux pays faisaient face à des chiffres en augmentation.

Arrivée de la grippe

De son côté, le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus a relevé que la grippe «arrive» dans les pays du Sud. Une circulation commune avec le coronavirus «détériorerait» la situation de centres de santé «déjà dépassés», selon lui.

Or, la surveillance de la grippe a été suspendue ou a été diminuée dans «de nombreux pays», a-t-il mis en garde. Les livraisons de virus auprès des entités qui collaborent pour établir chaque année le vaccin ont été réduites de 60%.

Le directeur général déplore une combinaison entre notamment la réaffectation de ressources et de personnel et les restrictions de mouvements. Cette situation pourrait aboutir à moins de capacités pour préparer les prochains vaccins.

Partage des données

L’organisation a par ailleurs dit «attendre» de la Chine qu’elle partage le séquençage du génome du virus à Pékin, «comme elle l’a fait jusqu’ici», a déclaré Michael Ryan. Pékin avait annoncé lundi avoir identifié ces données.

Malgré l’annonce récente du président américain Donald Trump d’un retrait de son pays de l’institution qu’il accuse d’avoir mal piloté la réponse au Covid et d’être trop proche de Pékin, Tedros Adhanom Ghebreyesus a lui répété que les États-Unis étaient toujours membres de l’OMS.

ATS

Créé le Mardi 16 juin 2020 à 8:33