Labé : Des citoyens se fâchent suite à l’interpellation de plusieurs militaires…

Echo de nos régions
Des jeunes en colère massés devant la prison civile de Labé
Des jeunes en colère massés devant la prison civile de Labé

LABE- L’interpellation de quatre militaires à la retraite suscite une vive tension à Labé, principale ville de la moyenne Guinée.  Ce mardi 28 avril 2020, les citoyens de Labico et environs se sont réveillés tôt ce matin pour venir exprimer leur colère devant la prison civile de Labé.

Parmi les militaires interpelés, il y a un colonel, deux commandants et un capitaine tous à la retraite. Ils sont accusés d'avoir érigé des dos d'âne sur la route internationale Labé-Dakar. Ils doivent être jugés ce mardi au TPI de Labé.  Une situation qui a révolté les citoyens du quartier qui parlent de deux poids deux mesures.

«Nous nous posons la question de savoir quelle est l'autorité qui a ordonné l'arrestation de ces vieux. Nous avons enregistré 26 accidents mortels à ce niveau depuis le bitumage de cette route. Mais aucune autorité n'a pensé à nous. La vie humaine est plus chère qu'une route, nous avons mis ces ralentisseurs pour sauver nos enfants. Maintenant on arrête ces vieux, au camp tout près  il y a une dizaine de ralentisseurs personne n'a été arrêtée là-bas. Nous ne bougerons pas tant qu'on ne libère pas nos voisins », une femme en colère. 

Ruminant de colère, des jeunes du quartier disent qu'ils ne quitteront pas les lieux tant que les personnes arrêtées ne sont pas libérées. 

Joint au téléphone, le premier vice-maire indique la situation implique toutes les autorités. « Nous sommes allés avertir ces gens qui ont fait la sourde oreille. Ils ont voulu s'attaquer à nous. Finalement nous avons remonté l'information partout. C’est pourquoi ils on été convoqués. Si on doit faire des dos d'âne, c'est les services des travaux publics qui doivent s’en charger. Nous allons enlever tous les dos d'âne sauvages dans toute la ville », a indiqué Aliou Sampiring Diallo.

Aux dernières nouvelles, les personnes arrêtées se sont dirigées tranquillement vers le TPI pour leur procès où d'autres habitants du quartier sont venus les soutenir . 

A Suivre 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 28 avril 2020 à 12:31