Coronavirus : une décision d’Alpha Condé quotidiennement violée...

Epidémie de Coronavirus en Guinée
Une citoyenne qui quitte Conakry pour l'intérieur du pays
Une citoyenne qui quitte Conakry pour l'intérieur du pays

CONAKRY- Afin d’éviter la propagation du Coronavirus, le président Alpha Condé a interdit les mouvements de personnes de Conakry vers les villes de l’intérieur du pays. Sauf que sur le terrain, cette interdiction est violée.

Les citoyens continuent de voyager de plus belle. C’est du moins le constat que nous avons fait dans les points d’entrées et de sorties de la Capitale. Les destinations sont multiples. Certains vont à Kindia, Boffa, Boké…tranquillement assis dans des véhicules de transport en commun.

A la gare routière de Kagbelen située dans Dubréka, les vrombissements de moteurs bouchent les oreilles des passants. Des conducteurs de taxis en quête des passagers demandent à des passants leur destination. La décision du Chef de l’Etat guinéen de confiner Conakry n’est visiblement pas appliquée alors que le pays a enregistré plus de 70 cas positifs de Coronavirus.

Trouvé en train de ranger dans le coffre les bagages de ses passagers, un chauffeur de taxi qui s’apprêtait à bouger de  Conakry pour Kindia nous a confié qu’il est obligé de travailler pour ne pas mourir de faim à la maison.

« Le Président ne peut pas nous dire de suivre ces mesures de confinement. On ne peut pas se comparer  à l’Occident qui vient en aide à sa population. Mais ici, quand on dit à la population de ne pas sortir, on va mourir à la maison.  Ça ne peut pas marcher », s’insurge Karim Camara.

Rencontrée, une commerçante en compagnie de son garçon justifie son déplacement   sur Kindia par son business qui lui permet de gagner de l’argent et subvenir aux besoins de sa famille.

« Nous avons des enfants, si on ne sort pas pour chercher l’argent on ne peut pas subvenir à nos besoins. Si on reste à la maison ce n’est pas bon. Même le Président, il peut mourir de faim s’il n’a rien à manger. Il doit pardonner en ouvrant les mosquées pour que les gens prient pour la riposte contre cette malade sinon Dieu va se fâcher. Cette maladie c’est Dieu qui l’a envoyé sur la terre. Donc, on doit prier pour se repentir et que Dieu fasse  disparaître cette maladie. Même le Président doit aussi prier », a déclaré Mme Soumah Mariama Camara.

Elle demande au Président de la République d’avoir pitié des femmes en réduisant les prix des denrées  sur le marché.

« Les mères de familles sont inquiètes et ne travaillent pas. Le Président doit réduire les prix des denrées sur le marché comme le carburant. Quand Ebola était venu, ça tué beaucoup de personnes mais cette maladie a été vaincue. Donc Dieu est en train de nous conseiller. On ne doit pas s’opposer à son Président, mais il doit avoir pitié de sa population. Sinon il va souffrir à l’au-delà. Tout le monde n’a pas les moins, on se débrouille. Le tarif du transport a flambé. De Conakry à Kindia (135 km) c’est  45 mille francs guinéens », a déploré Mme Soumah.

 

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Samedi 04 avril 2020 à 12:19