3ème mandat : Issoufou félicite ADO et envoie un message fort à Alpha Condé…

Affaire troisième mandat

ABUJA-Mahamadou  Issoufou, Président en exercice de la CEDEAO vient d’envoyer un message très fort au Président Alpha Condé, tenté par des velléités de troisième mandat. A l'ouverture de la 5ème  législature du Parlement de la CEDEAO, le président nigérien s’est largement étalé sur les situations politiques au sein des pays de l’espace CEDEAO.

Dans son discours tenu ce lundi 09 mars au siège du parlement de la CEDEAO à Abuja, M. Issoufou a tressé des lauriers pour Alassane Dramane Ouattra qui  vient d’annoncer son renoncement à briguer un troisième mandat, avant d’envoyer un message qui sonne comme un avertissement à l’endroit de son « ami » de longue date, Alpha Condé. A propos de la crise guinéenne d’ailleurs, il a lancé un appel à tous les acteurs politiques de se ressaisir afin de créer les conditions de l’apaisement et de la paix. Voici un extrait de son discours.  

Le temps des hommes qui s’autoproclament providentiels 

« Les parlements nationaux et le parlement de la CEDEAO sont le cœur de la démocratie dans notre espace communautaire. Je me réjouis de ce que les valeurs démocratiques y progressent. En témoigne la généralisation de la limitation des mandats à deux et de leur durée à cinq ans, dans les constitutions de la quasi-totalité de nos États membres. En témoigne également la décision récente prise par mon frère et ami Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, de ne pas briguer un 3eme mandat malgré la possibilité offerte par la constitution de son pays. Permettez-moi de saluer son courage et de l’en féliciter. Il s’agit là d’un évènement majeur qui intervient dans un des pays les plus importants de notre communauté. Cet évènement confirme ce que j’ai déjà dit à d’autres occasions : le temps des hommes qui s’autoproclament providentiels et donc irremplaçables, des hommes qui cherchent à s’incruster à vie au pouvoir, tire à sa fin. Cela se traduira par des alternances plus fréquentes et par une respiration démocratique qui consolident les institutions démocratiques dont nos peuples ont tant besoin.

Faire l’économie des crises…

Cela nous permettra de faire l’économie des crises comme celles que nous connaissons actuellement en Guinée Conakry et en Guinée Bissau. Je lance un appel à tous les acteurs politiques, dans ces deux pays, de se ressaisir afin de créer les conditions de l’apaisement et de la paix. En Guinée Bissau, l’élection Présidentielle s’est déroulée dans des conditions de transparence et de crédibilité reconnues par tous les observateurs. Je renouvelle mes félicitations au vainqueur et demande à tous les autres acteurs de contribuer à la normalisation de la situation. En Guinée Conakry notre organisation souhaite un dialogue inclusif permettant d’aboutir à des solutions consensuelles et apaisées ».

 

Créé le Mardi 10 mars 2020 à 11:26