Maison centrale : Ce qui a tué l'adjudant-chef Abdoulaye Soumah...

Justice
Maison Centrale de Conakry
Maison Centrale de Conakry

CONAKRY-Inculpé pour vol d’armes, incitation à la révolte, un militaire est décédé  alors que son procès est en cours du côté du Tribunal militaire de Conakry, a appris Africaguinee.com de sources proches de la garde pénitentiaire.

L’information nous a été également confirmée par un avocat proche du dossier puis par une source basée au parquet du Tribunal militaire de Conakry.  Selon nos informations, le défunt souffrait de l'anémie et d’une maladie pulmonaire.

"Selon le rapport médical qui nous a été transmis, il souffrait d'une tuberculose et de l'anémie. Contrairement à ce qui a été rapporté par certains medias, c'est à l'hôpital qu'il est décédé où il était hospitalisé depuis trois semaines avant même le début du procès. Il a rendu l'âme Ignace Deen, et non en détention. Quand ses avocats ont constaté sa maladie, une autorisation d'hospitalisation lui a été accordée par le parquet. Les frais ont été payés par le parquet", a précisé une source proche du dossier basée au parquet du tribunal militaire. 

Le défunt fait partie des militaires arrêtés dans l’affaire de vols d’armes au Camp Alpha Yaya Diallo dont le procès est en cours au tribunal militaire de Conakry.

Les conditions carcérales en Guinée sont souvent difficiles pour les détenus. La promiscuité, le manque d’aliments sains, le surpeuplement exposent les prisonniers. 

Le régisseur de la maison centrale de Conakry a révélé récemment que des ateliers destinés à la rééducation des détenus sont même transformés en dortoirs.

Construite dans les années « 30 » par les colons français pour un effectif de 300 détenus, ce centre de détention accueille plus de 15 000 prisonniers de nos jours.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 112

Créé le Dimanche 05 janvier 2020 à 12:01