Guinée : risque élevé de "nouvelles violences" ce jeudi à Conakry…

Crise politique en Guinée
Violences à Conakry, image d'archive
Violences à Conakry, image d'archive

CONAKRY-Le front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a finalement renoncé à enterrer ce mercredi 30 octobre 2019 les victimes des manifestations de la semaine du 14octobre.

Cette plateforme citoyenne engagée dans la lutte contre le changement constitutionnel a décidé de reporter à demain jeudi 31 octobre les funérailles des victimes des manifestations. Problème ! Puisque c’est ce jour-là même que le parti au Pouvoir a programmé l’accueil grandiose qu’il compte réserver au Président Alpha Condé.

Les deux évènements se tenant quasi simultanément sur le même itinéraire et au même moment, sauf changement de dernière minute, il y a un risque élevé de confrontations entre les deux camps, dont l’un sera dans le deuil, l’autre dans la ferveur.

Ce matin, plusieurs leaders du FNDC accompagnés de leurs partisans  ont rejoint la morgue de l’hôpital Ignace Deen dans le but de récupérer les corps et les enterrer. Mais finalement ils ont dû renoncer à la dernière minute.   

Peu avant 10heures toutes les issues qui mènent à la morgue située au bord de la mer ont été  bouclées. Le dispositif sécuritaire a été renforcé, a-t-on constaté. Mais il n’y a pas eu de heurts. Tout le monde a quitté les lieux dans le but de revenir demain jeudi pour accompagner les victimes dans leur dernière demeure.

Hier mardi, le Gouvernement a annoncé  que les corps ne seraient pas disponibles ce mercredi 30 octobre 2019 à cause du travail complexe lié à l’autopsie.

Nous y reviendrons !

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 30 octobre 2019 à 12:14