Violences meurtrières en Guinée: le "message fort" de l’imam Saliou Camara

Politique
Elhadj Mamadou Saliou Camara, grand Imam de Conakry
Elhadj Mamadou Saliou Camara, grand Imam de Conakry

 CONAKRY- « Notre niveau de démocratie ne permet plus que l’on se jette des cailloux ou que l’on s’entretue… »Elhadj Mamadou  Saliou Camara, le grand imam de Conakry désapprouve les violences meurtrières qui ont secoué la Guinée dans la semaine du 14 octobre.

Appelant vivement à la reprise du dialogue, le premier imam de la grande mosquée Fayçal prévient qu’aucune forme de violence n’est bonne pour le pays. « Nous appelons à tous les fils de la Guinée au dialogue et de se donner la main dans le strict respect des Lois de la République, de la Charia et dans le respect des droits humains (…) Aucune forme de violence n’est bonne. Aucune ! Nous vous prions de reprendre le dialogue politique autour de la table. Faites cela dans l’harmonie, l’entente et  le bon cousinage pour l’intérêt de la Nation », a appelé le religieux.

La Guinée est plongée dans une crise politique  occasionnée par la volonté du président  Alpha Condé de modifier la Constitution. Une dizaine de morts a été enregistrée dans des manifestations contre ce projet controversé.  Les victimes seront inhumées demain mercredi à Conakry. Pour Elhadj Mamadou Saliou Camara, le niveau de démocratie atteint par la Guinée ne permet plus la violence.

« La Guinée a atteint un certain niveau de démocratie qui ne permet plus que l’on se jette des cailloux ou que l’on s’entretue, ou que l’on détruise les biens d’autrui. Notre religion ne l’accepte pas, les droits humains ne l’acceptent pas non plus. Et quiconque aime la Guinée et qui veut son développement, ne doit pas l’accepter non plus », a lancé le grand imam de Conakry.

Cet appel de ce leader d’opinion intervient dans un contexte où le dialogue est totalement rompu entre le gouvernement, les partis politiques d’opposition et la société civile. Avant Elhadj Mamadou Saliou Camara, la conférence épiscopale de Guinée a lancé un appel similaire. Mais pour l’heure, la perspective du dialogue est fermée. De nouvelles manifestations sont annoncées dans les prochains jours à Conakry par le FNDC, le mouvement citoyen opposé au changement constitutionnel.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112  

Créé le Mardi 29 octobre 2019 à 17:24