Nouvelle constitution en Guinée: Qu’en pense Matthias Veltin ?

Débat sur la nouvelle Constitution
Matthias Veltin, ambassadeur de l'Allemagne en Guinée
Matthias Veltin, ambassadeur de l'Allemagne en Guinée

CONAKRY- L’ambassadeur de l’Allemagne en Guinée, Matthias Veltin s’est exprimé ce jeudi 4 juillet 2019 sur le débat en cours concernant le changement constitutionnel voulu par Alpha Condé et son gouvernement. Le diplomate Allemand qui a été interrogé au cours d’une conférence de presse a indiqué que dans le débat sur cette question doit se centrer sur l’histoire du pays. Matthias Veltin  qui va bientôt faire ses « adieux » à la Guinée souhaite aussi que les discussions soient sans « tabou » et qu’elles soient menées de manière ouverte et inclusive.

 « Pour moi le plus important, c’est que des discussions sur les questions politiques soient possibles et qu’elles soient ouvertement menées. Que les medias aient la possibilité de reporter sur tous les aspects, tous les éléments de cette discussion, qu’il n’y ait pas de secrets, qu’il n’y ait pas de tabou. Je comprends qu’il y a des questions politiques qui animent, qui font des émotions. J’ai eu comme ambassadeur le privilège d’avoir une distance. Je sais aussi que chez nous en Allemagne, il y a des sujets politiques qui vous sembleraient très bizarres, mais les allemands peuvent discuter de cela avec toute l’émotion. Donc, ça doit être clair qu’une discussion est possible, qu’elle est ouverte et qu’elle peut être menée par tous les acteurs.

La deuxième chose, de telles discussions peuvent se tenir avec des questions qui marquent l’histoire de ce pays. Si on parle de quelques éléments de la Constitution par rapport à l’organisation du pays, cette discussion doit comprendre  la base des expériences que les gens ont faites dans  le passé. Un constat pour moi qui est encourageant pour les guinéens toujours, c’est de discuter autour de l’histoire dans sa totalité. Je me réfère aux résultats de la commission provisoire de la réconciliation nationale qui a aussi constaté qu’on sait trop peu surtout dans les écoles l’histoire du pays en particulier depuis l’indépendance. Je pense que chaque discussion sur la politique actuelle, surtout sur les structures de la politique dans l’avenir doit avoir une référence à l’histoire. Pour moi c’est un constat très général », a indiqué Matthias Veltin.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Jeudi 04 juillet 2019 à 15:39