Guinée : vers un bras de fer entre Alpha Condé et les imams ?

Affaire de polygamie en Guinée
Alpha Condé (à droite) et le grand-imam de Conakry
Alpha Condé (à droite) et le grand-imam de Conakry

CONAKRY- C’est un secret de polichinelle ! Le vote du code civil révisé consacrant la monogamie au détriment de la polygamie en Guinée a été largement réprouvée par les leaders de la religion musulmane. 

Le texte a longtemps divisé les guinéens. Le Chef de l’Etat a d’ailleurs refusé de promulguer le texte lors de sa première adoption. Tapant du poing sur la table, Alpha Condé a retoqué cette Loi, la renvoyant en seconde lecture. Or, dans la pratique, la polygamie était bien de règle au sein de la société guinéenne fortement influencée par la religion et les coutumes. C’est désormais chose faite. La Polygamie qui était la règle dans le précédent texte  est bannie (à moins que la première conjointe ne donne son accord d’accepter une coépouse). La Monogamie qui était l‘exception, redevient la règle en  matière de mariage pour les citoyens guinéens. Ainsi l’ont décidé les députés guinéens le Jeudi 09 mai dernier. 

« Le mariage est soumis au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens. Toutefois, le futur mari peut, au moment de la célébration du mariage, en présence de sa future épouse et avec l'accord explicite de celle-ci, déclarer qu'il opte pour la polygamie limitée à deux (2), trois (3) ou quatre (4) femmes qu'il ne peut dépasser. Faute par l'homme de souscrire à l'une des options de la polygamie, le mariage est placé de manière irrévocable sous le régime de la monogamie, sauf dispense accordée dans les conditions prévues à l'article 282 du présent code. En l'absence d'accord entre les futurs époux sur l'option de la polygamie, l'officier de l'état civil ne peut célébrer le mariage ».  

Ce vote a-t-il pour autant clos les débats ? Loin s’en faut ! L’abrogation de la polygamie a provoqué l’ire des leaders religieux, dont certains ont vu là une atteinte à la LOI de Dieu. « Nous ne sommes pas d’accord et nous ne serons jamais d’accord avec cette loi (…) nous allons faire la polygamie », a tempêté le grand imam de Conakry (Fayçal).

 « On ne peut pas signer une Loi contre la Polygamie que notre religion nous a accordée », insiste Elhadj Mamadou Saliou Camara.  Certains imams sont allés jusqu’à prédire l’enfer pour les parlementaires qui ont voté cette Loi. 

Plus modéré, le grand imam de Labé, a nuancé indiquant que : « Allah ne nous oblige pas d’être polygames, il ne nous interdit pas non plus d’épouser jusqu’à quatre femmes. Mais il dit aussi que si vous êtes conscients de ne pas pouvoir être justes envers vos conjointes, alors épousez une seule femme », a précisé Elhadj Badru Bah, déclarant plus loin que la raison pour laquelle l’Islam autorise d’épouser une, deux, trois ou quatre femmes, c’est parce qu’il y a un effet bénéfique. 

« Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. En plus, l’Homme  a besoin d’un foyer. Si on dit que c’est un homme une femme, il n’y a pas de doute qu’il va y avoir un grand nombre de femmes qui n’auront pas de foyers », enseigne ce leader religieux. 

Alors que la polémique enfle, la balle est désormais dans le camp du président de la République qui devrait promulguer le code civil. Si certains préconisent une consultation avec les leaders religieux avant de promulguer le texte pour éviter un éventuel bras de fer, le juriste Mohamed 3 Kaba prévient que cette étape est déjà franchie. Selon lui,  le président de la République n’a aucune consultation à faire. Il n’a d’autre choix que de promulguer la Loi après le vote des députés en seconde lecture. 

« Maintenant que la Loi est à nouveau adoptée, ce qui reste c’est la promulgation. En principe, elle intervient 10 jours après le vote de la LOI (huit jours francs, ndlr). Mais si le Président ne promulgue pas la Loi pendant ce délai, la Cour Constitutionnelle  peut ordonner l’enregistrement de la Loi et de son exécution. Il n’y a aucune consultation à faire, le chef de l’Etat n’a d’autre choix que de promulguer la Loi », a tranché le juriste. 

Reste à savoir désormais comment Alpha Condé va sortir de ce dilemme. Va-t-il promulguer le code civil sachant bien que les leaders religieux musulmans (qu’il courtise tant) sont contre ? C’est la grande interrogation. Mais un choix aussi difficile à faire s’impose. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 20 mai 2019 à 13:14

TAGS