«Miss Curvy» en Ouganda: C'est bon pour le tourisme

Afrique

Une femme d'affaires ougandaise, Nasasi Belinda, a remporté vendredi soir le concours «Miss Curvy» Ouganda à Kampala, destiné à célébrer la beauté des femmes africaines rondes.

Folle de joie, la gagnante a promis d'être une «source d'inspiration» pour les femmes aux formes rebondies. «Laissez-moi vous inspirer. Laissez-moi essayer de vous inspirer et laissez-moi être un exemple dans vos vies», a-t-elle déclaré.

«Parce qu'être plus grosse n'est pas un problème. Être ronde, c'est plus que cela: c'est la beauté, le cerveau, nous pouvons faire plus. Alors, soyez heureuse avec vous-même et faites en sorte de ne jamais cesser de l'être. Continuez simplement d'avancer», a-t-elle ajouté.

Ce concours, pour lequel 25 Ougandaises avaient été sélectionnées comme finalistes, visait à dénoncer la stigmatisation accompagnant souvent les personnes en surpoids et les critères actuels de beauté.

«Soyez heureuse avec vous-même»

Il entrait aussi dans le cadre d'une campagne gouvernementale visant à utiliser les femmes rondes pour attirer les touristes en Ouganda.

Le lancement de cette campagne en février avait suscité la réprobation de militants ougandais, indignés par les propos alors tenus par le ministre du Tourisme, Godfrey Kiwanda.

Il avait appelé à faire de ces femmes une «attraction touristique», au même titre que «la nature, la langue ou la cuisine» ougandaises. Ces déclarations avaient déclenché la fureur de nombreuses Ougandaises, qui avaient réclamé la démission du ministre.

«C'est de la perversion. Considérer que les femmes peuvent être utilisées comme des objets sexuels à notre époque est une absurdité, que nous condamnons», avait à l'époque déclaré à l'AFP Rita Aciro, directrice générale du Réseau des femmes ougandaises, qui fédère des ONG oeuvrant à l'égalité des sexes.

Une entrepreneuse et militante, Primrose Nyonyozi Murungi, avait même lancé une pétition en ligne visant à obtenir l'arrêt de la campagne, qu'elle jugeait «totalement inacceptable et dévalorisante» pour les Ougandaises.

«Femmes attaquées dans les rues»

«Des femmes en Ouganda ont été attaquées dans les rues. Ce qui se passe maintenant, c'est que le gouvernement confirme le stéréotype selon lequel les femmes sont des objets sexuels et peuvent être touchées sans que cela pose problème et plus encore transformées en produit touristique», avait-elle expliqué à l'AFP.

L'ancienne cheffe de l'opposition au Parlement, Winnie Kiiza, avait aussi estimé dans une déclaration à l'AFP que cette initiative intervenait «à un moment où les femmes sont confrontées à la peur et à la stigmatisation dans une société dominée par les hommes».

Le ministre Kiwanda a esquivé la polémique vendredi. «Je crois qu'il y a une nouvelle vague qui atteint l'Ouganda, une nouvelle confiance en soi qui émerge parmi les femmes de grosse taille», a-t-il notamment déclaré. 

AFP

Créé le Dimanche 28 avril 2019 à 8:30