Guinée : Qui va arrêter Alpha Condé ?

Projet de nouvelle Constitution et troisième mandat
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY- « S’il y a une nouvelle Constitution, c’est une nouvelle république ! », a tranché le dirigeant guinéen. Le ton est donné. En dépit des protestations liées au projet de changement de constitution, Alpha Condé semble déterminé à aller jusqu’au bout. Qui va l’arrêter ? La rue ?  Peut-être ! Mais jusque-là, celle-ci montre une certaine fébrilité face à l’enjeu en face.

Au-delà des slogans et discours « creux » rabâchés çà et là notamment sur les réseaux sociaux, par les leaders des organisations anti troisième mandat et des anonymes, aucune action d’envergure n’est pour l’heure visible sur le terrain. Sinon que des mouvements de riposte sporadique qui joue à la défensive et non à l’offensive.

Alors que des ministres et des hauts cadres de l’administration continuent de battre campagne à visage découvert à coût de milliards pompés dans les caisses du contribuable pour le référendum constitutionnel, les leaders des mouvements qui s’opposent audit projet n’ont pas été aperçus sur le terrain pour réellement orienter leur troupe.

Tout se limite aux actions de quelques « perturbateurs » désorganisés plus enclins à s’afficher sur les réseaux sociaux. Mais cela est-il suffisant ? NON. Car in-fine, les propagandistes du troisième mandat finissent par livrer leur message à leurs cibles. Et ainsi de suite, ils continuent de dérouler leur agenda conformément aux orientations du Chef de l’Etat dont les ambitions ne souffrent désormais d’aucune ambigüité.  

« Il n’appartient à personne de nier au peuple le droit d’adopter la constitution qu’il veut.  S’il y a une nouvelle Constitution, il n’y a pas de troisième mandat. S’il y a modification de la constitution, il y a troisième mandat, mais s’il y une nouvelle constitution, il n’y a pas de troisième mandat ou pas. C’est une nouvelle république (...) Le débat est libre, mais en dernier ressort, il reviendra au peuple de trancher », insiste-t-il, levant, si besoin était, toute équivoque quant à sa volonté de faire le référendum.

A l’allure des choses il est à craindre un réveil tardif des forces qui s’opposent au troisième mandat.

A suivre...

Diallo Boubacar 1

Pour Afriicaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Mardi 23 avril 2019 à 20:53