Transition de 2010: la faute qui pourrait servir Alpha Condé...

Présidentielles de 2020

Avec les années qui passent, les langues se délient autour de la conception de l'actuelle constitution guinéenne.

Selon l'opposant Mamadou Baadiko Bah, la constitution de 2010 souffre d'un handicap: elle a été concue pour l'actuel président Alpha Condé!

"En 2010, le Conseil national de la Trnaisition (CNT, ancien parlement transitoire) n’a pas voulu toucher au problème de la limite d’âge puisque ça allait empêcher le professeur Alpha Condé d’être candidat. Donc, on a fait un texte pour lui" regrette Baadiko Bah qui dirige l'Union des forces démocratiques (UFD).

L'ancienne constitution prévoyait une limite d'âge de 70 ans qui écrartait de facto plusieurs candidats dont Alpha Condé et  le défunt Jean-Marie Doré qui ne cachait pas son ambition de briguer la magistrature suprême.

Baadiko Bah, à l'image des autres membres de l'opposition, craint que le président Alpha Condé ne conteste la légitimité de l'actuelle constitution pour proposer une nouvelle. La raison? Se maintenir simplement au pouvoir!

D'ailleurs, Amadou Damaro Camara qui dirige le groupe parlementaire de la mouvance présidentielle n'exclut pas cette éventualité. Car selon lui, l’actuelle constitution ne permet pas au président Condé de briguer un troisième mandat. En revanche, Damaro Camara rappelle que rien ne s’oppose au président Alpha Condé de proposer une nouvelle constitution à ses compatriotes. Si cette nouvelle constitution est adoptée au parlement ou par référendum, elle permettrait de facto au président Condé de  briguer un premier mandat, car les compteurs seront mis à zéro.

Cette hypothèse crédible selon les juristes est pour l’instant négligée par l’opposition qui se focalise sur le respect de la limitation des mandats prévue par la constitution de 2010.

 

A suivre...

Africaguinee.com

Créé le Mardi 22 janvier 2019 à 12:51