Les confidences de Salam Sow : « les pires moments de ma carrière… »

Football
Abdoul Salam Sow
Abdoul Salam Sow

CONAKRY-Dans sa carrière de footballeur, l’ancien international guinéen Abdoul Salam Sow  a connu de meilleurs comme de pires moments. L’ex golden-boys vient de les confier dans un émouvant témoignage. Pour  Salam Sow ce qui l’a empêché d’être au sommet du foot mondial en 20 ans  de carrière, c’est…la chance.

« Mon plus mauvais souvenir, c’est lorsque  Titi Camara m’a appelé un jour et m’a dit :  Salam Sow il y a Sheffield Wednesday qui a besoin d’un milieu de terrain comme toi, ça te dirai de venir ? » Je lui ai dit : pourquoi pas. Parce qu’à Marco de Canaveses je ne gagnais que de 2000 à 3000 euros par mois. Mais en  Angleterre pour la première fois, à mon niveau j’allais toucher le jackpot qui allait m’apporter 10.000 euros par semaine. J’ai résilié mon contrat avec Marco de Canaveses, alors je suis parti en Angleterre », raconte l’ex dossard 8 qui s’est confié à nos confrères d’Espace Tv.

Le jour où tout à basculé…

« J’arrive le matin après l’entrainement, l’entraineur m’a pris dans sa voiture pour m’amener en ville, me montrer des villas, des appartements où je pouvais rester. Parce qu’il était conquis. L’après-midi je viens à l’entrainement. Qu’est-ce qui se passe ? Rupture du tendon. Le train qui m’a pris de Sheffield à Londres, pendant 3heures, je ne faisais que pleurer. Ça été le tournant de ma carrière. Parce que j’ai trainé cette blessure pendant plus de 9 mois. Ce jour à l’entrainement, l’entraineur avait fait venir toute l’équipe des dirigeants du club pour me voir jouer et qu’ils se décident de la suite. Tout était réglé presque. J’avais trouvé un logement. Tout ce qui restait, c’était de signer le contrat et avancer », se souvient le milieu de terrain guinéen qui souligne en philosophe, qu’il a juste manqué de chance.

Tout le tableau n’est pourtant pas sombre pour l’ex joueur guinéen qui garde de meilleurs souvenirs de sa carrière. « Mon plus beau souvenir c’est lorsque j’ai signé à Maco de Canaveses. Je suis tombé sur un bon entraineur qui venait même me voir à la veille des matchs pour qu’on fasse ensemble la composition de l’équipe. Jusqu’au mois de février j’étais le troisième meilleur butteur de la Ligue 2 », se remémore-t-il.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 05 janvier 2019 à 15:13

TAGS