Damaro révèle : « le parti de Cellou a dépensé plus de 150 millions… »

Elections locales
Amadou Damaro Camara
Amadou Damaro Camara

CONAKRY-Le parti de Cellou Dalein Diallo s’est-il rendu coupable de « corruption » en marge de l’installation des élus locaux ?  Alors que l’opposition dénonce cette pratique, l’honorable Amadou Damaro Camara  vient de faire une « révélation » plutôt singulière sur le comportement de leur adversaire. Le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle accuse l’UFDG d’avoir dépensé beaucoup d’argent pour « acheter » des élus dans le but de contrôler certains exécutifs communaux. 

 « L’UFDG a dépensé tellement d’argent, c’est vrai peut-être qu’ils n’ont pas autant d’argent que nous, mais ils ont dépensé beaucoup d’argent.  C’est ce qui s’est passé à Boké. Ils ont même soudoyé le deuxième conseiller de Makanéra sans même lui en parler. Ce qui s’est passé à Dubreka ; Hidalgo a été élu sur la liste du RPG. Malgré les accords, les 17 conseillers de l’UFDG ont voté pour notre dissident qui n’a pas été élu pendant les primaires du RPG », a déclaré le haut responsable du parti au pouvoir. 

L’installation des élus locaux est entachée par des accusations de corruption. La société civile n’exclue pas d’intenter des actions judiciaires contre les partis ou les personnes qui se sont livrés à cette pratique. Mouvance et opposition se tirent à boulets rouges depuis le début de ce processus marqué par des incidents meurtriers. 

Amadou Damaro Camara défie le parti de Cellou Dalein martelant qu’il a des preuves que l’UFDG a bel et bien « corrompus » des conseillers. Il donne l’exemple de la mairie de Macenta, dont l’exécutif est aujourd’hui contrôlé aujourd’hui par l’opposition. Il insinue que le même processus est en cours à Matoto dont l’élection du bureau exécutif n’est pas encore effective.  

« A Macenta, ils ont dépensé plus de 150 millions de francs guinéens. J’en ai les preuves. C’est eux qui ont commencé (ce jeu). Les indépendants, combien ont-ils eu à Matoto déjà ? Chacun en a mis un peu dans sa poche. On a mis même des opérateurs économiques à contribution. Le problème c’est que, nous avons l’Etat et les moyens d’information de l’Etat qu’ils oublient souvent », a révélé le parlementaire.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour AAfricaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 01 novembre 2018 à 14:21