Education : L’Autorité Nationale d’Assurance Qualité ouvre sa première session à Conakry

Education

CONAKRY-Ouverture ce jeudi 25 octobre 2018 de la première session du Conseil Scientifique de l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité (ANAQ). Pour cette première journée des travaux, il était question d’adopter le règlement intérieur pour le bon fonctionnement de l’ANAQ, ainsi que l’élection d’un Président à la tête du Conseil Scientifique.  

Créée le 12 janvier 2017 par le Président Alpha Condé, l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité a une mission importante dans l’éducation nationale. Le Secrétaire Exécutif de cette institution explique que la mission principale de l’ANAQ est d’évaluer la qualité de l’éducation.

« L’Autorité Nationale de l’Assurance Qualité a deux principales missions, celle d’évaluer les institutions et de promouvoir l’assurance qualité au sein de nos établissements d’enseignement supérieur, d’enseignement technique et de la formation professionnelle. Donc sa mission principale c’est l’évaluation de la qualité de l’éducation et de la recherche offerte par nos institutions en vue d’une meilleure employabilité des diplômés qui sortent de nos institutions de formation », a expliqué Kabinet Oularé tout en donnant le rapport qui existe entre le Conseil Scientifique et l’ANAQ.

« Le Conseil Scientifique est l’organe d’approbation du programme académique, technique et scientifique de l’ANAQ. Autrement dit c’est l’organe qui nous permet de juger et de prendre des décisions relatives à l’évaluation et à l’accréditation des programmes », a aussi indiqué le professeur Kainet Oularé.

Au cours de cette première session,  le professeur Amadou Tidiane Diallo a été élu Président du Conseil Scientifique de l’ANAQ. Avant de prendre l’engagement auprès de ses pairs d’accomplir sa mission au sein de l’ANAQ, le nouveau Président a sollicité le soutien des cadres du département de l’enseignement supérieur, de ses collaborateurs ainsi que les institutions concernées.

« Toute la confiance que les membres du Conseil Scientifique m’ont accordée, je souhaite que Dieu fasse en sorte que je sois à la hauteur de la confiance qui m’a été accordée. Je sais que le rôle du Président du Conseil Scientifique est extrêmement délicat. Il faudrait qu’il y ait de la rigueur, l’honnêteté, de la loyauté mais aussi un sens d’ouverture pour que les idées et initiatives nouvelles qui sont dans nos institutions ne soient pas brimées. Je m’engage à faire en sorte que l’ANAQ puisse promouvoir la culture de l’évaluation et de la qualité au niveau de notre pays. J’ai besoin du soutien de tous les membres du Comité Scientifique mais aussi de tous les cadres du ministère l’enseignement supérieur. J’ai besoin du soutien du Conseil d’Administration, j’ai besoin du soutien des institutions, parce que la responsabilité première de la qualité appartient aux institutions », a sollicité le Président Amadou Tidiane Diallo.

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a présidé cette ouverture de la première session de l’ANAQ s’est dit être confiant de l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité. Selon lui, elle sera à la hauteur des attentes visées au niveau du système éducatif Guinéen.

« Il  revient aux sept sages du conseil scientifique choisis pour leur probité morale, leur compétence, de valider la méthodologie, les référentielles et procédures d’évaluation, d’accréditation afin d’approuver les rapports auxquels les experts vont établir. Nous avons foi à l’ANAQ, pour nous elle sera le principal vecteur d’accélération de la qualité de l’excellence et la performance que nous voulons à notre système éducatif », a expliqué Abdoulaye Yéro Baldé, Ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique.

A rappeler que cette première session va durer trois (3) jours. Durant ces trois jours il sera question d’examiner en profondeur le code d’éthique et de la déontologie de l’ANAQ, et du personnel associé à l’ANAQ. Il sera également question d’examiner les référentielles qui constituent les outils qui vont permettre d’évaluer les programmes et les institutions.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com 

Créé le Jeudi 25 octobre 2018 à 19:54