.

Elhadj Saikou Yaya Barry : « Diallo Tély, Saifoulaye Diallo, Sékou Touré, le faux complot et moi… »

Facebook icon Twitter icon
Interview
El hadj Saikou Yaya Barry, doyen de la coordination Haali-Pular
El hadj Saikou Yaya Barry, doyen de la coordination Haali-Pular

CONAKRY- C’est un chapitre de l’histoire politique tumultueuse de la Guinée qu’Elhadj Saikou Yaya Barry, compagnon de l’indépendance, vient de revisiter. Le nonagénaire est certes frappé par l’âge, mais il se souvient presque de tout sur le régime de Sékou Touré. 

Le doyen de la coordination Haali-Poular fait des confidences au sujet du premier président de la Guinée indépendante, mais également de son ami le premier secrétaire général de l’organisation de l’unité africaine, feu Boubacar Télly Diallo qui a péri dans les geôles du camp Boiro. Des faux complots au patriotisme de Sékou Touré, Elhadj Saikou Yaya Barry parle. Le doyen est sûr d’une chose : tous ceux qui ont été tués durant le premier régime ne sont pas le fait de Sékou Touré qu’il qualifie de grand patriote. Extraits…

Sékou Touré a été un patriote…

« On a beau raconter des histoires sur le compte de Sékou Touré, mais Sékou est un patriote. Sékou a été un patriote. Il a refusé (la médiocrité), il ne voulait pas du tout qu’on mette du n’importe quoi dans les établissements. Il dit qu’il faut que les jeunes guinéens soient formés, qu’ils aient la possibilité d’exploiter les richesses minières que nous avons au lieu que ça soit exploité par des éléments qui vont nous voler. Beaucoup de choses se sont passés. Tous ceux qui sont morts n’ont pas été tués par Sékou Touré, quelquefois c’est entourage », confie-t-il dans un entretien qu’il nous a accordé.

Pourquoi en voulait-on à Diallo Télly ?  

« Le frère de Sékou Touré était promotionnaire de Tely. Tely a battu tous ses camarades de promotion. On lui en voulait parce qu’il était intelligent, on lui en voulait parce que c’était un grand cadre, on lui en voulait parce qu’il pouvait diriger dignement ce pays. J’étais très ami à Tely, à Saifoulaye. Mais je suis fatigué, sinon je connais assez de choses. S’agissant de Saifoulaye, les gens parlent mal de lui, mais ils mentent. Saifoulaye est un type bien », témoigne-t-il. 

Sékou Touré, Akar, le faux complot et moi…

« J’ai été nomme Directeur Général de l’ENTRAT. Akar était ministre des transports. Il a voulu mettre Amadou Thiam qui était aux chemins de fer.  (…) ils ont crée un complot autour de moi. Ils ont attendu que je sois en mission au Japon pour écrire une lettre et la laisser tomber aux escaliers du directeur des chemins de fer. En réunion hebdomadaire, ils ont dit qu’ils ont ramassé une lettre, ils l’ont lu en public. Et tout de suite Akar qui voulait me voir partir de mon poste, prend la lettre pour la remettre à Sékou Touré. Ils voulaient mettre Amadou Thiam à ma place parce qu’ils étaient d’accord pour voler les biens de l’Etat. Je reviens de mission, je viens voir mon ministre, il m’apprend la nouvelle que les anti-guinéens de Dakar m’ont écris pour me demander des comptes sur des fonds qu’ils m’ont envoyés pour le recrutement des mercenaires. J’ai dit d’abord que je ne les connais pas, et je ne pense pas qu’ils me connaissent. 

Sékou Touré m’a dit…

Je vais rendre compte à Sékou Touré après ma mission. Il m’a remercié, il m’a donné sa main pour me dire aure-voir. J’ai dit non. Sékou ce n’est ce que tu dois faire. On m’apprend que je suis un des recruteurs des anti-guinéens basés à Dakar, il paraît qu’ils m’ont écrit pour me demander des comptes. Sékou me dit : ce n’est pas ton problème. Je lui réponds que c’est bien mon problème, j’espère que tu me connais, ce n’est pas l’habit que je porte, je ne connais aucun anti-guinéen et je n’ai jamais collaboré avec. Il m’a dit vas, reste tranquille, je sais tout ce qui se trame, tu n’es responsable de rien. C’est ainsi que Dieu m’a sauvé. Des anecdotes de ce genre, il y en a beaucoup », se souvient Elhadj Saikou Yaya Barry. 

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (002244) 655 311 112

Créé le Vendredi 07 septembre 2018 à 16:02