.

Guinée : Aboubacar Sylla conteste une décision du camp d’Alpha Condé…

Facebook icon Twitter icon
Politique
Aboubacar Sylla, leader de l'Union des Forces du Changement
Aboubacar Sylla, leader de l'Union des Forces du Changement

CONAKRY-Un membre du Gouvernement Kassory Fofana issu de l’opposition conteste une position du camp présidentiel. Dans une tribune au vitriol, Aboubacar Sylla, actuel porte-parole du Gouvernement s’est vigoureusement insurgé contre l’adoption de la nouvelle Loi sur la CENI. 

Le texte voté le 05 juillet dernier, à la majorité qualifiée des députéscomporte des exigences que l’actuel ministre d’Etat aux Transports ne digère pas du tout. Il s’agit en l’occurrence de celle disposant que pour avoir le droit de désigner un commissaire au sein de l’institution électorale, il faut avoir participé aux derniers scrutins nationaux et avoir au moins deux (2) députés à l’hémicycle. Ceci est « inédit », aux yeux de l’ancien porte-parole de l’opposition, aujourd’hui membre du gouvernement d’Alpha Condé. 

« Le nouveau et surprenant pari des acteurs et des partisans de la réforme réside dorénavant, dans la réduction de l’effectif de l’organe et le rétrécissement de l’éventail des formations politiques aptes à designer des commissaires en son sein. Ce pari est totalement mauvais, inacceptable et dangereux pour la démocratie et le respect des minorités politiques. Il participe à l’exclusion d’une frange importante d’acteurs politiques dans le débat à la CENI. À l’avenir, il n’est pas à exclure qu’on assiste à un effet boomerang de ce projet antidémocratique au détriment des comploteurs politiques d’aujourd’hui », a averti Aboubacar Sylla.

L’adoption de la nouvelle loi sur la réforme de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a suscité des grincements de dents au sein de la classe politique. Beaucoup d’acteurs comme Faya Milimono ont dénoncé un « deal » passé entre l’UFDG et le RPG arc-en-ciel, les deux partis majoritaires à l’Assemblée Nationale. 

Pour l’actuel porte porte-parole du Gouvernement, il n’y a aucun doute que la réforme de la loi sur la CENI est l’aboutissement d’une ‘’officine parlementaire entre le parti majoritaire de la mouvance présidentielle et celui de l’Opposition à l’hémicycle’’. 

Dans sa tribune, le leader de l’UFC mentionne avec un air d’avertissement que « les commanditaires et les auteurs de la réforme assumeront dans l’histoire, toute la responsabilité politique et morale des dysfonctionnements des processus électoraux à venir ». 

Aboubacar Sylla espère que laCour Constitutionnelle qui devra prochainement statuer, avant la promulgation de cette nouvelle Loi, va la retoquer « en raison de son caractère éminemment discriminatoire ».

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 09 août 2018 à 16:47

Facebook icon
Twitter icon
Google icon