.

Guinée : condamnée pour corruption, Mariam Soguipah va t-elle se tirer d’affaire ?

Facebook icon Twitter icon
Corruption en Guinée
Mariam Camara "Soguipah", Ministre de l'Agriculture
Mariam Camara "Soguipah", Ministre de l'Agriculture

CONAKRY-Le Gouvernement ne semble pas être satisfait du jugement rendu par la justice Belge dans l’affaire Socfin dans laquelle l’actuelle ministre de l’agriculture a été condamnée pour corruption. Madame Mariama Camara qui a travaillé pendant de longues années à la  Soguipah ( Société guinéenne des palmiers à huile)a été condamnée à 20 mois de prison avec sursis, 12.000 euros d’amende et à la confiscation de 300.000 euros. 

Ce verdict est loin de faire l’unanimité. Les administrateurs du Groupe Socfin ont déjà décidé d’interjeter de ce jugement rendu par le tribunal correctionnel de Bruxelles. En Guinée l’affaire embarrasse le Gouvernement qui émet des doutes sur l’impartialité du tribunal qui a jugé cette affaire de gros sous. Il estime que le principe de la contradiction n’a pas été respecté. L’ambassade de Guinée basée à Bruxelles a déjà été saisi du dossier pour exiger de la justice Belge le contradictoire.

« La principale personne concernée n’a jamais été interrogée par la justice Belge. Le principe de la contradiction n’a pas été respecté », a observé récemment le ministre d’Etat Secrétaire Général à la Présidence. Selon Kiridy Bangoura cité par nos confrères du Démocrate, aucune mission de la Justice Belge n’a encore été envoyée en Guinée à cet effet pour entendre la dame (Mariam Soguipah, ndlr). 

« En tant qu’Etat responsable, a-t-on le droit de demander à la justice Belge de faire cette formalité ou pas ? », s’interroge-t-il, observant que  Mariam Camara a travaillé pendant de longues années à la Soguipah. Par conséquent, note ce haut cadre de la Présidence, « si on lui (Mariama Camara, ndlr) reproche de quelque chose, est-ce qu’elle a droit au contradictoire ou pas ? », s’est-il demandé annonçant que  les procédures sont en marche à partir de l’ambassade de Guinée à Bruxelles pour être en contact avec la justice et exiger ce contradictoire. 

« Si un citoyen guinéen est coupable, nous devons prendre nos responsabilités. Mais si aussi un citoyen guinéen est indexé injustement, nous devons rétablir les faits (…). Le Gouvernement n’a aucune préférence. Il a demandé à l’ambassadeur de se rapprocher de ce dossier », a annoncé le ministre Kiridi Bangoura.  

Pour le moment nous n’avons pas pu entrer en contact avec la représentation diplomatique de la Guinée basée à Bruxelles.  L’ambassadeur Sylla qui a été contacté par nos soins, n’a pour le moment pas donné suite. 

L’affaire a débuté de façon fortuite en 2009 alors que la justice belge soupçonnait Socfin d’avoir élaboré un schéma d’évasion fiscale passant par le Liechtenstein pour rémunérer ses employés à l’étranger. Lors d’une perquisition menée dans des locaux de Socfin, les enquêteurs relèvent des versements destinés à West African Trading, entreprise de droit britannique intervenant comme intermédiaire commercial  entre Socfin et Soguipah, alors dirigée par Mariama Camara. Selon l’accusation, West African Trading a transféré 4,2 millions d’euros vers des comptes personnels détenus en France et en Suisse par l’actuelle ministre de l’Agriculture.

Dossier à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 111

Créé le Mardi 07 août 2018 à 17:18

Facebook icon
Twitter icon
Google icon