.

Guinée : le Ministre Ibrahima Keita répond aux accusations des syndicats… (Exclusif)

Facebook icon Twitter icon
Politique
Alpha Ibraima Keira, Ministre de la Sécurité et de la Protection civile (Guinée)
Alpha Ibraima Keira, Ministre de la Sécurité et de la Protection civile (Guinée)

CONAKRY- Face aux accusations portées par le mouvement syndical guinéen contre les services de sécurité sur la nature du gaz utilisé contre les manifestants, le ministre Alpha Ibrahima Keira a eu une réponse plutôt ‘’acerbe’’. Le chef de ce département en réponse à ses ‘’allégations’’ estime que tout ce qui est utilisé dans le maintien d’ordre en Guinée est d’ordre conventionnel.

Au micro d’un journaliste d’Africaguinee.com, le ministre Keira rappelle que tout ce qui rentre dans le cadre de la prestance en matière du respect de la loi est purement conventionnel, en plus conforme à la réglementation et à la législation internationale.

‘’ Ce qui reste évident, tout ce que nous commandons pour le moyen de gestion du maintien d’ordre est d’ordre conventionnel et qui est agréé par des spécialistes en la matière. Même si vous faites la commande en France ou en Chine, les autorités n’acceptent pas qu’on embarque du matériel si ce n’est pas conforme à la réglementation et à la législation internationale’’, a expliqué le ministre guinéen de la sécurité et de la protection civile. 

En réponse aux syndicalistes qui estiment avoir inhalé du gaz qui les a rendus malades, le ministre Keira tranche.  Pour le chef de ce département, quand quelqu’un est malade c’est le médecin qui diagnostique la nature de sa maladie et non un diagnostic personnel.

 ‘’ Les syndicalistes n’ont qu’à donner les preuves de ce qu’ils disent. De mon côté je n’aime pas les bavardages et les débats politisés. Si, maintenant un agronome guinéen ou un novice qui ne connait même pas c’est quoi la médecine va dire que c’est le gaz qui l’a rendu malade, allez-savoir’’, a tranché le ministre guinéen de la sécurité. 

Les syndicalistes qui avaient projeté une marche le 23 juillet dernier ont indiqué avoir eu des problèmes au niveau des voies respiratoires suite au gaz qu’ils ont inhalé. Ils ont mis en doute la nature et le caractère conventionnel du gaz lacrymogène utilisé ce jour par les forces de sécurité.

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13 

Créé le Vendredi 03 août 2018 à 14:18

TAGS