Guinée : des manifestations dans plusieurs villes du pays…

Augmentation du prix du carburant

MAMOU-Plusieurs villes du pays ont été paralysées ce lundi 16 juillet 2018 par des manifestations. Les préfectures de Kindia, Mamou, ont connu une paralysie à cause des marches organisées par des acteurs de la société civile et du syndicat qui protestent contre la hausse du prix du carburant. La ville de Labé  aussi a été paralysée par la ville-morte appelée par les forces sociales.  

La grève a été largement suivie dans le centre-ville de Labé ce lundi 16 juillet 2018. Les commerces sont restés fermés ainsi que les stations-services, la circulation elle aussi était paralysée. Certaines banques étaient aussi fermées d’autres ont par contre assuré le minimum de service.

Dans certains quartiers, des barricades ont été  érigés pour empêcher la circulation des motos taxis. Aucun incident n’a été  signalé dans la ville.

A Kankan par contre, le mot d’ordre de grève, n’a pas été du tout suivi, ce lundi. Boutiques et magasins sont restés ouverts ainsi que les banques et assurances de la place, l’administration a fonctionné. Les citoyens ont vaqué Librement à leurs occupations.

Échauffourées, interpellation à Mamou…

La journée de ce lundi 16 juillet 2018 a connu des agitations en marge de la Manifestation des forces sociales. La marche pacifique a mobilisé plusieurs citoyens de la ville carrefour. Du siège de la société civile en passant par la conserverie ou la rue commerciale jusqu'à la maison des jeunes les manifestants scandaient les slogans « 8000 c'est bon » «  10000 ce n'est pas bon. La marche a été encadrée par les services de sécurité (polices et gendarmes).

Cette manifestation a cependant connu des échauffourées très tôt le matin entre chauffeurs et forces de l'ordre à la gare routière de la conserverie quand ces derniers avaient barricadé la route. A la fin de la marche des altercations ont été aussi  signalés poussant les forces de l’ordre à procéder à des interpellations.  Des échanges de jets de pierres contre gaz lacrymogène.

Cette journée a été complètement paralysée à Mamou. Commerce, Banques ou stations services étaient fermés, la circulation coupée et plusieurs services même administratifs n'ont pas travaillé ce matin.

Kindia récidive…

La ville de Kindia située à 135 kilomètres de Conakry n’est pas restée en marge des manifestations. Les acteurs de la société civile de Kindia  réunis sous la bannière des forces sociales de Guinée  ont encore haussé le ton ce lundi 16 juillet 2018 pour protester contre  l'augmentation du prix du carburant à la pompe, rapporte notre correspondant.

Très tôt ce lundi matin, les forces sociales de kindia ont fait une marche pacifique en plein cœur  de la ville pour montrer leur désapprobation face  l'augmentation du prix du carburant à la pompe à 10 000 francs Guinéens. Les marcheurs ont précisé que leur mouvement n'a rien de politique. Ils demandent tout simplement au gouvernement de baisser le prix du carburant à la pompe à 8000 GNF.

Les manifestants ont scandé  des slogans comme   « A bas la corruption », « A bas l'impunité »,  « A bas l'injustice », « A bas la gabegie financière », « A bas la jeunesse dormante », « nous voulons seulement le carburant à 8000 fg  à la pompe ». Tout au long de la manifestation, les marcheurs chantaient l’hymne national de la République de Guinée, sans incidents.

Cette marche pacifique des acteurs de la société civile a fortement paralysé quelques commerces. Dans certains marchés de la place des boutiques et magasins sont restés fermés.

Une synthèse du réseau des correspondants d’Africaguinee.com.

 

Créé le Lundi 16 juillet 2018 à 21:41