Guinée : faut-il craindre de nouvelles violences ?

Crise dans l'Education

CONAKRY-Plongée dans une crise sans précédent dans le secteur éducatif suite à la grève déclenchée par les enseignants en début février, la Guinée pourrait connaître de nouvelles violences ce lundi si une solution n’est pas trouvée d’ici-là.

Les étudiants et les élèves entendent protester lundi 20 février 2017 contre la fermeture des écoles et universités du pays, si toutefois une solution de sortie de crise n’est pas trouvée. Ils invitent les parents d’élèves à joindre à leur mouvement.

« En cas de non ouverture  (des écoles) lundi, la coalition des élèves et étudiants de Guinée appelle les élèves, étudiants et parents (…) à sortir pour une marche pacifique sur toute l’étendue du territoire national », appellent-il dans une déclaration.

Ces menaces interviennent alors que les négociations entre le gouvernement et le syndicat des enseignants sont toujours bloquées, après plusieurs rounds de discussions. Chaque camp campe sur sa position, au grand dam de la formation des élèves et étudiants guinéens.

Des violences ont éclaté lundi dernier dans la capitale guinéenne. Des centaines d’élèves qui manifestaient contre l’absence des enseignants (en grève) dans les écoles, ont investi les rues de Conakry en érigeant des barricades et brulant des pneus sur la chaussée. Ces violences ont poussé le gouvernement à fermer les écoles jusqu’à nouvel ordre.

Affaire à suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00024) 655 311 112

Créé le Samedi 18 Février 2017 à 11:30