Crise dans l'Education en Guinée : Alpha Condé joue-t-il la dernière "carte"?

Crise dans l'Education

CONAKRY- A quelques heures d’une rencontre déterminante avec le Chef de l’Etat guinéen, le syndicat des enseignants accentue la pression sur les autorités du pays. Les grévistes  comptent répondre à l’invitation  du président  Alpha Condé ce 15 février tout en posant  des conditions.

 « Il n’y aura pas de négociation avec le gouvernement. Ce qui reste clair, les points de revendications  seront à l’ordre du jour de la rencontre demain avec le Président.  On va exiger au président de la République d’appliquer  immédiatement les revendications », a martelé le porte-parole du syndicat des enseignants, Kalidou Diallo à la sortie d’une rencontre avec ses pairs.

La Fédération Syndicale des Professionnels de l’Enseignement et le Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (FSPE/SLECG) persistent  sur le payement immédiat d’arriérés de plus de 1000 enseignants,  le recrutement de tous les enseignants contractuels ainsi que le maintien de ceux qui sont rétrogradés à leur ancien grade. 

Dans un communiqué de la présidence lu hier soir, le Président de la République a réitèré sa volonté de promouvoir le dialogue, la tolérance et le respect de l’intérêt général. Il a convié les Secrétaires Généraux de  l’intersyndicale CNTG/USTG;  l’intersyndicale de l’Education FSPE ET SLECG, les  membres  de l’équipe gouvernementale de négociation;  de l’équipe syndicale de négociation;  de la CPEG et du PAG et de la médiation, à une rencontre cet après-midi au Palais Sékhoutouréyah. 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

  

Créé le Mercredi 15 Février 2017 à 13:35