Projet Simandou : Ce qu’Alan Divies de Rio Tinto a dit aux autorités guinéennes…

Mines guinéennes
Alan Divies, Vice-Président de Rio Tinto en compagnie du Ministre guinéen des mines, Kerfalla Yansané
Alan Divies, Vice-Président de Rio Tinto en compagnie du Ministre guinéen des mines, Kerfalla Yansané

CONAKRY-Le Vice-président de Rio Tinto a dévoilé ce vendredi 20 février 2015, au cours d’une conférence de presse à Conakry, les priorités du géant minier anglo-australien dans le projet Simandou. Alan Divies a dit et insisté que leur priorité est de mener à bien l’étude de faisabilité bancable, pierre angulaire du projet.

Le 26 mai dernier le Gouvernement guinéen et ses partenaires Rio Tinto, Chinalco et la Société Financière Internationale (SFI) ont signé le cadre d’investissement pour les blocs 3 et 4 de Simandou. Ce cadre d’investissement a été ratifié quelques semaines plus tard par le Parlement. Mais depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Et, l’on se demande si réellement les lignes bougent.

Ce vendredi, le vice-président de Rio Tinto qui est en visite en Guinée, a remis les pendules à l’heure, en expliquant notamment la principale priorité avant toute action d’envergure dans ce projet. Il s’agit de l’étude de faisabilité bancable de l’infrastructure. C’est qui va déterminer le coût et le calendrier précis de ce projet intégré de minerai de fer et d’infrastructures jamais réalisé en Afrique. Mais ce qu’il n’a pas dit clairement, c’est le niveau d’avancement de cette étude de faisabilité bancable. 

 ‘’Notre priorité est de mener à bien l’étude de faisabilité bancable du projet. Cela est absolument nécessaire pour que nous puissions mener la construction du projet. C’est une priorité absolue sur laquelle nous sommes tout à fait concentrés’’, a déclaré Alan Divies.

Un projet complexe…

‘’C’est  un projet tellement complexe que nous ne pouvons pas faire les choses en moitié. Nous ne pouvons pas bâcler le travail qui est nécessaire d’accomplir. Donc, il est vraiment important que nous suivions toutes les étapes’’, a assené le vice-président de Rio Tinto.

Nous ne pouvons pas faire des raccourcis…

‘’Nous sommes très engagés à progresser sur ce projet aussi rapidement possible, mais de la façon aussi précise possible. C’est en cela que nous ne pouvons pas bâcler le travail qui est à faire. Nous ne pouvons pas faire des raccourcis’’, indique M  Alan Divies.

L’étude de faisabilité bancable, pierre angulaire du Projet…

Le cadre d’investissement du projet ratifié l’année dernière stipule un processus très rigoureux, fait-il remarquer. ‘’C’est l’étude de faisabilité bancable qui va nous donner le calendrier précis et les coûts précis du projet’’, a insisté le conférencier. 

Des contractants frileux…

Il y a énormément de travail qui est mené dans le monde sur ce projet, dira-t-il. Or, selon lui, il faut ‘’absolument qu’ils puissent envoyer en Guinée les contractants’’.  Mais le hic, est que ‘’ les entreprises ne sont pas encore prêtes pour venir’’, fait savoir Alan Divies, qui annonce toutefois la venue la semaine prochaine en Guinée d’ingénieurs pour faire des travaux de repérage sur le corridor ferroviaire. 

Simandou est un projet d’extraction de minerai de fer de classe mondiale, situé dans le sud-est de la  Guinée. Son coût d’investissement est estimé à 20 milliards de dollars Us. Les partenaires comprennent, la République de Guinée qui a une part de 7,5%, Rio Tinto (46, 57%), Aluminium Corporation Of China, « Chinalco » (41,3%) et la société financière Internationale (4,625%). C’est le plus grand projet intégré de minerai de fer et d’infrastructures jamais réalisé en Afrique.

Le projet comprend trois composantes : une mine de fer à haute teneur d’une capacité de production annuelle de 100 millions de tonnes à pleine production, un nouveau chemin de fer de 650 kilomètres, qui acheminera le minerai jusqu’à la côte guinéenne, un nouveau port en eau profonde.

Nous y reviendrons !

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 31 11 12

 

 

Créé le Samedi 21 Février 2015 à 11:25