Guinée: Vers l’obtention d’un medicament contre Ebola? (Interview)

Ebola en Guinée
Dr Sakoba Keita
Dr Sakoba Keita

CONAKRY- La Guinée dispose t-elle désormais d’un medicament contre la maladie à virus Ebola? Dr Sakoba Keita, coordinateur national de lutte contre cette maladie en Guinée a dans un entretien accordé à notre redaction, évoqué l’expérimentation d’un medicament dont les résultats sont prometteurs.

 

AFRICAGUINEE.COM : Bonjour Docteur Sakoba Keita !

DR SAKOBA KEITA : Oui Bonjour !

Vous avez lancé récemment une campagne « zéro Ebola en 60 jours », déclinez-nous les principaux objectifs de ce programme.

Le  premier objectif est de pouvoir assurer zéro enterrement non-sécurisé, zéro réticence dans toutes les localités qui restent encore actives, zéro infection du personnel soignant. Aussi, empêcher le déplacement des contacts, assurer le suivi des contacts à 100%, empêcher le déplacement des corps des personnes décédées  de suite d’Ebola. Voilà les objectifs majeurs de cette campagne zéro Ebola.

Et, l’enregistrement de Zéro cas le 14 et le 18, nous rassure que sur le terrain, la surveillance est en train de bien marcher. Je suis d’accord qu’aujourd’hui on est à près de treize centres de soins dans notre pays, mais il est beaucoup plus souhaitable ne pas avoir de personnes à soigner dans ces centres, comme on l’a à Macenta, à Gueckedou, à Beyla, Kérouané, Boké, Siguiri, Télimélé et j’en passe, aujourd’hui.

La Guinée a commencé en novembre dernier de faire les essais cliniques des médicaments expérimentaux. Dites-nous quel est l’effet que ces médicaments ont eu sur les malades ?

Voilà l’une des bonnes nouvelles que nous avons pour le pays. C’est que, ces médicaments sont très efficaces. Lorsqu’on prend les personnes dès l’apparition des premiers symptômes jusqu’au septième jour, le médicament a une efficacité de plus de 80%. Mais si la maladie a gagné du terrain, sur ces cas, on a une efficacité de moins de 50%.

Ce traitement est actuellement en cours à Guekedou et à Nzérékoré. A Macenta, on ne l’a pas expérimenté parce qu’il n’y a pas de malades. Aujourd’hui, l’équipe de l’INSRN (Institut national de la santé et de la recherche médicale) de France qui est responsable de cet essai, est arrivé à Coyah. A Conakry, ils ont déjà pris des contacts. Nous devons pouvoir étendre ce traitement à Coyah et à Conakry d’ici la fin de la semaine s’il plaît à Dieu.

Il s’agit bien du FAVIPIRAVIR ?

Il s’agit effectivement du Favipiravir que nous allons expérimenter pour que le taux de guérison dans  ces deux centres soit amélioré afin de faire tomber l’Ebola-phobie, la peur de venir  dans le centre.

Mais je voudrais préciser  ceci : Il y a très longtemps qu’on a les médicaments contre le palu en République de Guinée. Pourtant, le paludisme constitue la première cause de mortalité. Je voudrais dire que plus vous venez tôt à l’hôpital pour recevoir un soin, vous avez plus de chance de guérison. Même si on a tous les médicaments du monde, si vous venez en phase terminale à l’hôpital, il y aura très peu de chance de vous sauver. Donc, j’invite tous les guinéens à travers vous, tous ceux qui ont les premiers signes (la fièvre, ndlr)  avant que les vomissements ne commencent, la diarrhée ne s’installe, si vous venez à l’hôpital, vous avez plus de 90% de chance de survivre.

Vous avez assisté à l’inauguration d’un nouveau centre de traitement dédié cette fois-ci aux soignants, dites-nous quelle est la plus-value que ce Centre de soin va apporter dans la chaine de riposte contre le  virus Ebola en Guinée ?

Je pense que ce centre peut rassurer le personnel de la santé qui est en première ligne du combat contre l’épidémie d’Ebola. Et qu’enfin, on a un  centre très moderne avec des médicaments qui puissent nous donner la chance de sauver beaucoup plus de personnel soignants. Vous n’êtes pas sans savoir qu’on a déjà  perdu cent (agents soignants). La dernière en date est survenu avant-hier où on a perdu un de nos agents. Donc, nous pensons que ce centre là viendra rassurer tout le monde avec les dispositifs qu’on vient de voir, les équipements,  tout ça nous rassure.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le Samedi 14 Février 2015 à 10:32