Burkina Faso: premiers affrontements entre manifestants et forces de l'ordre

Burkina Faso

De premiers affrontements ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi à Ouagadougou entre forces de l'ordre et manifestants burkinabé opposés à la révision constitutionnelle qui favorise le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré, a constaté l'AFP.

La gendarmerie a chargé un groupe de quelques dizaines jeunes qui avaient dressé durant plusieurs heures des barricades sur la principale route du pays, la nationale 1, qui relie Ouagadougou à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays et porte vers la Côte d'Ivoire et le Mali voisins.

Des gaz lacrymogènes ont été lancés sur les manifestants, qui ont répondu par des jets de pierres sur les forces de l'ordre.

Le régiment de sécurité présidentiel, la force d'élite de l'armée de l'armée burkinabè, présente sur les lieux, n'est pas intervenue, a constaté un reporter de l'AFP, qui n'a pas assisté à des arrestations avant de quitter les lieux vers 02H00 GMT.

Contactées, les forces de sécurité n'ont pour l'instant pas confirmé d'éventuelles interpellations.

Ces premières échauffourées interviennent alors que doit débuter à 08H00 GMT une manifestation nationale sur tout le territoire, à l'appel de l'opposition, contre ce qu'elle appelle le "coup d'Etat constitutionnel" mené par le gouvernement.

La nationale 1 avait déjà été bloquée, sans violence au soir de l'annonce le 21 octobre dernier par Ouagadougou d'un projet de loi présenté jeudi à l'Assemblée nationale et visant à modifier l'article 37 de la Constitution, pour faire passer de deux à trois le nombre maximum de quinquennats présidentiels.

Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 par un coup d'Etat, achèvera en 2015 son deuxième quinquennat (2005-2015) après avoir effectué deux septennats (1992-2005).

Mais sa volonté de se maintenir aux affaires après 27 ans de règne suscite l'hostilité de l'opposition, d'une grande partie de la société civile et de nombreux jeunes de ce pays, où plus de 60% des 17 millions d'habitants ont moins de 25 ans et n'ont jamais connu d'autre dirigeant.

 

AFP

Créé le Mardi 28 octobre 2014 à 8:48