Ebola en Guinée :Quelles conséquences pour le secteur maritime?

Economie guinéenne

CONAKRY- L’étau semble se resserrer davantage sur la Guinée à cause de la fièvre hémorragique à virus Ebola. Le secteur maritime qui semblait jusque –là échapper aux restrictions imposées par certains pays, risque aussi d’être touché par les conséquences de l’épidémie d’Ebola en Guinée, a appris Africaguinee.com.

Selon nos informations, des navires en provenance du port autonome de Conakry sont interdits d’accès dans près de quatre ports Africains.

Au micro de notre rédaction, le Directeur Général du port autonome de Conakry est revenu en détails sur cette situation qui risque de porter un coup dur à l’économie guinéenne : ‘’ Même ce matin j’ai reçu un coup de fil pour me dire que les bateaux en provenance de Conakry à destination des ports de la Guinée-Equatoriale, du Gabon, du Sénégal, sont interdits  dans ses différents  ports africains. Le Président de la République en déplacement (New-York : nations-unies) m’a aussi appelé pour examiner  toutes ses informations’’ a déclaré le Directeur Mamadouba Sankhon.

Malgré les directives données par l’Organisation Mondiale de la Santé, certains Etats africains ont décidé de fermer toutes leurs frontières terrestres et même aériennes avec les pays touchés par le virus Ebola.

Le Directeur Général du port de Conakry a loué les efforts fournis par les autorités guinéennes avec l’appui des différents partenaires dans le cadre de la lutte contre la maladie d’Ebola.

 ‘’Au port de Conakry il n’y a pas de soucis, nous recevons des bateaux, nous avons pris des mesures et aujourd’hui je pense que ces mesures sont en train de porter fruit. Nous avons diminué au maximum les équipes d’arraisonnements qui étaient aux nombres de 11, et que nous avions revu à quatre. Et les quatre aussi ne montent pas à bord des navires il n’y a que l’agent consignataire après s’être lavé les mains, qui porte des gants qui monte .Il se limite sur le pont, il récupère les documents et les remet aux trois autres qui attendent à terre. Nous vous assurons que ces pratiques continueront même près Ebola’’,  rassure Mamadouba Sankhon.

A l’image du secteur aérien où plusieurs compagnies étrangères ont cessé de desservir la  Guinée, l’espace portuaire risque de connaitre le même sort. Ce qui menace de porter  préjudice à l’économie guinéenne  qui souffre déjà de graves léthargies.

Le virus Ebola qui frappe ce pays depuis janvier 2014, a tué  plus  de 500 personnes et continue son ascension fulgurante à travers la zone ouest africaine.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

(+224) 655 31 11 13

Créé le Mercredi 24 septembre 2014 à 17:01