Le Mali réclame des effectifs pour la force de paix de l'Onu

Mali

MALABO (Reuters) - Le gouvernement malien souhaite que les Nations unies accélèrent le déploiement de leurs casques bleus et envoient plus de troupes dans le nord du Mali, où opèrent toujours des groupes armés.

Jusqu'ici, l'Onu a déployé dans ce pays d'Afrique de l'Ouest 8.000 soldats de la paix sur les 12.000 qui doivent y être envoyés dans le cadre de la Minusma.

Il y a une dizaine de jours, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, s'est lui aussi prononcé pour une présence accrue de la Minusma dans le nord du Mali face à la menace de "groupes terroristes".

"Nous demandons à tous les pays qui fournissent des fonds et des troupes de faire un effort afin que les Nations unies soient en mesure de remplir leur mission", a déclaré mercredi à Reuters le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, en marge d'un sommet de l'Union africaine à Malabo, en Guinée équatoriale.

"La Minusma est relativement statique actuellement, nous aimerions qu'elle sorte des villes pour faire face dans les zones rurales aux forces hostiles qui posent des bombes et mènent des attaques", a ajouté le ministre.

Le quartier général de la force de l'Onu, a-t-il poursuivi, devrait quitter la capitale Bamako pour s'installer dans le nord du pays, à Gao, Tombouctou voire Kidal, bastion des séparatistes touaregs.

Ces derniers, selon le chef de la diplomatie malienne, continuent malgré leurs promesses de collaborer avec les groupes armés islamistes. Lors des affrontements le mois dernier à Kidal entre gouvernementaux et séparatistes touaregs, "il y avait des gens qui brandissaient des drapeaux d'Al Qaïda au Maghreb islamique et d'autres groupes terroristes", a affirmé Abdoulaye Diop.

Reuters

Créé le Jeudi 26 juin 2014 à 8:50