Economie guinéenne : Plus d’un milliard de dollars US investis dans le secteur de l’énergie…

Economie

CONAKRY- Le gouvernement guinéen a investi plus d’un milliards de dollars américains depuis 2010 dans le secteur énergétique. Malgré ces investissements colossaux, le pays est toujours confronté à d’énormes difficultés liées au manque de courant, a constaté Africaguinee.com.

Le Premier ministre guinéen a présenté le diagnostic du secteur  énergétique en Guinée à la prise du pouvoir en 2010 par le  Pr Alpha Condé. Si la capitale Conakry est toujours minée par de récurrentes manifestations contre le délestage,  Mohamed Said Fofana pense que les gens ont la mémoire courte. Car son gouvernement a hérité d’un secteur qui était presqu’à l’agonie. Il y voit d’ailleurs une manipulation derrière ces manifestations que certains qualifient de légitimes.

 ‘’Le secteur de l’énergie a soulevé beaucoup de passions. Des citoyens surtout, les jeunes ont été souvent mal informés et continuent d’ailleurs d’être manipulés (par l’opposition, NDLR) par rapport à la fourniture du courant électrique. On a hélas vite oublié d’où l’on vient’’, a lancé ce mardi le locataire de Primature devant les honorables députés, avant de s’évertuer à faire l’état des lieux du secteur en 2010.

 Le système comprend, explique le PM, un système thermique pour l’essentiel des groupes de la Série Tombo (1 à 5). Le tout comprend 58 groupes sur lesquels en 2010, seulement 22 fonctionnaient, note-t-il. Certains groupes étaient souvent de secondes mains, achetés à des prix onéreux par des procédures opaques obsolètes et mal entretenus, fournissaient à peine 70.2 mégawatts, détaille Mohamed Said Fofana.

Le système des barrages électriques, la plupart des poteaux et des fils électriques ont été vandalisés. Sur une capacité totale de 227 mégawatts installés, a dit Mohamed Said Fofana, le réseau ne fournissait que 142 mégawatts alors que les besoins à l’époque de la seule ville de Conakry étaient de 200 mégawatts.

‘’En 2010, rapporte-t-il, le secteur énergétique de la Guinée affichait le niveau de performance parmi les plus bas du monde malgré le potentiel hydroélectrique estimé à 600.000 mégawatts. Seulement 20% des ménages étaient connectés au réseau électrique’’, a expliqué le chef du gouvernement.  Puis d’ajouter : ‘’Nous avons hérité d’un secteur dans un état critique et une mauvaise qualité de service’’, s’est-il  défendu.

Pour redresser la tendance, le PM dira que d’importants efforts ont été consentis par son  gouvernement. Le coût total du plan de redressement a été évalué à 1.4milliards de dollars Us dont 56 millions de dollars en actions d’appui au secteur de redressement d’EDG (entreprise étatique chargé de la gestion et de la distribution).

Parmi les investissements dans les infrastructures, Mohamed Said Fofana a cité la réhabilitation de la  centrale thermique de Tombo, la réparation des groupes, la fourniture des pièces de rechange, la réhabilitation de la ligne de transport de  110 mégawatts dans les grandes chutes à Matoto.

Aussi, il a cité le renforcement et la réhabilitation du réseau de transport pour 130 millions de dollars Us et de distribution pour 270 millions de dollars US. La nouvelle centrale thermique Tombo 1 et 2 et Kipé avec une capacité de 100 mégawatts pour un montant de 146 millions de dollars Us, la mise sur le marché de 600.000 lampes à basse consommation, la construction du barrage hydroélectrique de Kaléta pour un montant de 527 millions de dollars Us qui contribuera selon lui, à la transformation des ressources minières.  L’installation de 8000 poteaux en béton armé et 3400 en bois, la fourniture et la pose de 88 transformateurs ainsi que des matériels de fourniture, a détaillé Mohamed Said Fofana.

Qualifiée de château d’eau de l’Afrique occidentale, la Guinée peine encore à régler le problème d’eau et d’électricité malgré son grand potentiel. Ces deux dernières années la capitale Conakry, vit au rythme de récurrentes manifestations sociales et politiques.

A son arrivée au pouvoir en 2010, Alpha Condé avait promis de régler ces deux besoins primaires de sa population.  Malgré les déclarations de bonne intention, les résultats sur le terrain sont en deçà des attentes des populations.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le Mercredi 18 juin 2014 à 19:41