Société : Un jeune garçon meurt à la maison centrale de Conakry par manque de soins de santé…

société
Prison
Prison

CONAKRY- Un jeune universitaire de 28 ans est décédé la semaine dernière à la maison centrale de Conakry par manque de soins de santé alors qu’il se plaignait de maux de ventre, a appris Africaguinee.com de sources proches de sa famille.

La victime qui répondait au nom de Bangaly Feindouno était détenue depuis le 30 décembre 2013 à la sûreté de Conakry.

Aux dires de Joseph Millimono, oncle de la victime, sa famille aurait mené des démarches auprès de la justice pour que feu Bangaly Feidouno bénéficie d’une liberté provisoire afin d’être soigné. Mais malheureusement, selon M. Millimono, le juge d’instruction qui avait en charge ce dossier n’aurait pas donné une suite favorable à leur requête malgré le fait que son neveu était en danger.

“C’est le 30 janvier dernier que j’ai constaté la maladie de l’enfant.  C’est ainsi que je suis venu voir le juge pour lui faire connaissance de cela. Le lendemain je suis allé voir encore le juge pour qu’il accorde une liberté provisoire ou une liberté de mise en hospitalisation pour l’enfant. Il nous a demandé une somme de 2 millions pour pouvoir le faire. Je les dis que je ne peux pas avoir  cette somme puisque la vie de l’enfant est en danger on va donner un million pour qu’on l’amène à l’hôpital Donka. Mais en vain“ a dénoncé Joseph Millimono.

Selon lui, les jours passaient  et l’état  de santé du jeune  devenait de plus en plus critique, car  le juge d’instruction était  à l’intérieur du pays, ils  ont remit  l’argent à son assistant  qui n’a rien servit.  Très déçu et désespéré,  il s’est dirigé à la maison centrale pour avoir une aide  avec le médecin chef mais,  il était trop tard le jeune est mort  sans être évacueé dans un hôpital.

Décédée le dimanche dernier, la victime est accusée d’avoir violé une fille  de 15 ans, dont le père travaille au compte des volontaires au niveau du haut commissariat pour les réfugiés et qui répond au nom de Charles Siaffa  Masandouno

A en croire, l’oncle du défunt, au cours  d’une audition la fille  avait démenti le motif de l’arrestation du jeune en avouant que l’acte sexuel était fait par consentement avec le jeune qui était son copain et que sa défleuraison date de longtemps.

 

BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (+224) 664 93 46 23

 

Créé le Mardi 11 Février 2014 à 10:32