Suisse: Faux douaniers mais vrais arnaqueurs

GENEVE-Depuis quelques semaines, des escrocs de la Côte d’Ivoire utilisent des documents fantaisistes à l’effigie de l’Administration fédérale des douanes (AFD), ainsi que des prête-noms de collaborateurs de l’AFD pour extorquer de fortes sommes d’argent sous de faux prétextes.
 
Le 16 novembre, une habitante de la région genevoise a informé l'Administration fédérale des douanes, que, depuis quelques temps, un individu lui demande de fortes sommes d’argent en prétextant l’encaissement de taxes douanières. Elle a ainsi déjà perdu plus de 50’000 francs.
 
Modus opérandi
L’individu déclare à la future victime qu’il s’est fait confisquer 78’600 € à la douane. Pour débloquer cette somme, il lui fait parvenir un faux document intitulé «Certificat administratif de douane», estampillé et signé par le nom de collaborateurs de nos services et agrémenté de logos suisses. Le document est envoyé par email au nom de «AFD AFD». En cliquant sur l’adresse de l’expéditeur, l’adresse email «nom+prénom@gmail.com» apparaît.
 
Ce document stipule, dans un français approximatif, qu’en sa qualité d’agent des douanes, il a dû vérifier la provenance de cet argent, ceci afin de lutter contre le blanchiment d’argent et le terrorisme. La victime doit s’acquitter des frais découlant de ces investigations s’élevant à 1416 francs, afin de pouvoir récupérer son argent saisi.
 
D’autres documents sont utilisés sous la forme de «décret signé discret» ou de «facture douanière», tout droit sortis de l’imagination des escrocs.
 
La justice saisie
L’Administration fédérale des douanes n’utilise pas ce genre de méthode pour se faire rembourser d’hypothétiques frais douaniers.
 
Dans le cas d’infractions liées au blanchiment d’argent ou toutes autres infractions liées à l’importation ou à la saisie d’argent, cela relève de la compétence de la police ou du Ministère public en charge d’une enquête pénale.
 
A relever que les adresses email de la douanes suisse se terminent toujours par: @ezv.admin.ch. Les douanes recommandent à la population de prêter une attention particulière à la forme et au contenu des soi-disant documents officiels, d’examiner les fautes de français, permettant ainsi de se faire une idée sur l’origine du document. 
 
  Source: Comm
Créé le Mardi 17 décembre 2013 à 10:12