Afrique du Sud: Le sosie de Madiba veut continuer à le faire vivre

Une raie nette sur le côté gauche du crâne, des yeux en amande: Ayanda Mbatyothi ressemble étrangement à Nelson Mandela jeune homme. Il promet de perpétuer les idées de son mentor.
 
«Madiba n'a jamais oublié le peuple. Je vais essayer de continuer à porter cette idée», a assuré cet homme de 37 ans, né dans un township déshérité de l'est de l'Afrique du Sud. Il fait profession de sa ressemblance avec le héros national.
 
«C'est une forte responsabilité», ajoute-t-il d'une voix très ressemblante à celle de son modèle, décédé le 5 décembre à 95 ans. Le sosie avait fait le déplacement pour les funérailles d'Etat, mais son apparence n'a pas suffi à lui ouvrir les portes de la propriété des Mandela, sévèrement gardées par nombre de policiers et de militaires.
 
Pourtant, il ressemble énormément à Nelson Mandela jeune. Il peut réciter le célèbre discours prononcé par Mandela lors de son procès en 1962: «Mon idéal le plus cher a été celui d'une société libre et démocratique (...) C'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.»
 
  Troublante ressemblance
 
La ressemblance est encore plus troublante quand Ayanda Mbatyothi prend la pose. Il mime un mouvement de boxe, référence à une photo universellement connue de Mandela, prise en noir et blanc dans les années 50 à Soweto.
 
Les passants s'arrêtent souvent en le croisant, pour bien le regarder avant de repartir perplexes, raconte-t-il. Même Mandela avait été surpris par son allure, signale-t-il.
 
  Rencontre avec Madiba
 
Au milieu des années 90, Ayanda Mbatyothi avait assisté à un meeting du Congrès national africain (ANC), le parti de la lutte anti-apartheid, au pouvoir depuis l'avènement de la démocratie en 1994. Ce jour-là, il avait tapé sur l'épaule de son président, en empruntant ses accents: «Ah, vous êtes mon jumeau».
 
«Mandela s'est tourné vers moi, a dit 'Mon Dieu!' et s'est mis à rire», raconte le sosie. Ce dernier a d'ailleurs incarné le Nobel de la Paix dans un film sud-africain sur Mandela et un documentaire sur l'ANC, notamment. Comme son mentor, il participe aussi régulièrement à des événements caritatifs.
 
  Fête de Noël
 
Dans ses dernières années, «Madiba avait l'habitude d'organiser des fêtes de Noël pour les enfants, rappelle-t-il. J'ai décidé de faire l'inverse: je suis un jeune Mandela et j'organise une fête de Noël pour les personnes âgées».
 
Alors que l'Afrique du Sud pleure le départ de son héros, Mbatyothi s'inquiète pour l'avenir de son pays, où la pauvreté et les inégalités restent criantes. «Maintenant qu'il est parti, je ne sais pas bien où notre pays va aller...»
 
  ATS
Créé le Lundi 16 décembre 2013 à 11:37