Ibrahima Diallo : "Comment vivent les étudiants guinéens à Tunis..."

Tunisie
Ibrahima Diallo à l’extrémité droite de la photo
Ibrahima Diallo à l’extrémité droite de la photo

CONAKRY-Ils sont nombreux ces étudiants guinéens à Tunis. Parmi eux, Ibrahim Diallo, étudiant en 2ème année Informatique. De passage à Tunis, un journaliste d’Africaguinee.com l’a interrogé sur la vie des étudiants dans ce pays de l’Afrique du Nord. Entretien.  

AFRICAGUINEE.COM : Comment se passent vos études ici à Tunis ? 

Ibrahim DIALLO : Je suis étudiant en 2ème année en Informatique. Je suis là depuis presque deux ans. Mais il faut dire que la vie ici est un peu difficile pour nous. En plus des difficultés du quotidien, il y a le fait d’être noir. Quelquefois, il y a des stigmatisations quand on sort.

Détaillez un peu…

Comme je l’ai dit, il y a parfois la stigmatisation raciale. Nous rencontrons également des difficultés financières. Nous sommes obligés parfois faire des boulots qui sont durs pour avoir de l'argent. Des fois, nous n'arrivons même pas à dormir 5 heures par jour. Nos revenus ne nous permettent de financer nos études, payer le loyer et la nourriture. 

Comment vivent les compatriotes guinéens en général ? 

Nous avions une association mais, il y avait beaucoup de malhonnêteté dedans et finalement on a fini par se séparer. Celui qui gérait notre association a bouffé notre argent. Maintenant nous n'avons pas une association. Chacun se débrouille.

Quels sont vos rapports avec le Consulat Guinéen à Tunis ici ? 

Nous n'avons pas de rapport particulier avec notre Consulat parce qu'on ne le voit même pas. Quand on se rend au Consulat pour un service c'est pour s'arrêter toute la journée.

Même si le passeport d'un Guinéen arrive à expirer ici en Tunisie il ne peut pas le renouveler, il est obligé de rentrer en Guinée pour le renouveler. Ça c'est une grande difficulté pour nous.

Tous les autres pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest ou Centrale ont leur Ambassade ici. Leurs citoyens peuvent renouveler tous leurs documents à Tunis sauf les guinéens. C’est très pénible.

Comment s'est passée votre intégration dans ce pays ? 

Nous sommes bien intégrés, mais comme je l’ai dit, c'est difficile pour nous les noirs ici. Même si tu partages la même foi avec eux, on ne te considère pas. En ce qui concerne les études, le niveau de compréhension, l'intégration dans les écoles là nous n'avons pas eu des difficultés.

Mais l'Etat guinéen ne nous accompagne pas c'est pourquoi nous sommes obligés de sortir et chercher du travail pour joindre les deux bouts parce que nos parents n'ont pas les moyens pour financer nos études.

Nous faisons plusieurs boulots ici pour joindre les deux bouts.  Par exemple on peut travailler dans un café ou un restaurant en tant que serveur ou faire la plonge. Le maximum, tu peux avoir 30 à 38 dinars par jour. Et difficilement on arrive à avoir les trois repas par jour. 

Quel appel avez-vous à lancer aux autorités guinéennes ? 

Je demande aux autorités guinéennes de voir la situation des guinéens vivants dans les pays maghrébins surtout en Tunisie ici parce que nous sommes nombreux ici. Mais nous n’avons pas d’ambassade. Les étudiants sont nombreux, certains sont venus pour chercher du travail, d’autres transitent pour essayer de traverser la méditerranée pour rejoindre l'Europe. Il y en a aussi qui viennent pour des causes de maladie. Tous ces guinéens ont besoin d’aide, d’où la nécessité d’ouvrir une ambassade ici.

Vous avez évoqué le cas des migrants. Face aux difficultés que vous venez d’énumérer quels conseils avez-vous à donner aux autres candidats ?

Sincèrement, je n'ai aucun conseil à leur donner, dans la vie chacun a un choix. Mais si vous voyez la situation des guinéens ici, c'est vraiment compliqué. Face aux difficultés, il y en a même des étudiants qui abandonnent les études pour prendre la mer dans l'espoir de trouver le bonheur en Europe. On sait aussi qu’en Guinée, c’est difficile. C’est pourquoi les gens préfèrent risquer leur vie pour traverser la mer dans l’espoir de rejoindre l’Europe.

Entretien réalisé à Tunis par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 30 novembre 2022 à 11:40