Accès à l’électricité à moindre coût : Une équipe de la Banque mondiale évalue les résultats et l’impact du projet PAAEG sur les populations bénéficiaires

Guinée

CONAKRY-En Guinée, l’action de la Banque mondiale dans le développement du pays n’est plus à démontrer. Cette institution de Bretton Wood appuie les autorités dans divers secteurs pour améliorer les conditions de vie des populations.

Dans le domaine énergétique par exemple, elle a consenti des investissements énormes à travers le projet d’amélioration et d’accès à l’électricité en Guinée (PAAEG). Lancé en septembre 2019, ce Projet travaille à doubler le taux d’accès à l’électricité en Guinée.

Le mercredi 23 novembre 2022, une mission de la Banque Mondiale a effectué une visite sur les chantiers touchés par le « Projet d'Amélioration d'Accès en Électricité en Guinée », en abrégé PAAEG. Objectif, toucher du doigt les résultats et l’impact du projet sur les populations bénéficiaires dans les localités du projet notamment Manéah, Coyah et Dubréka.

Ce projet phare financé en partie par la Banque mondiale à hauteur de 50 millions de dollars s’inscrit dans le cadre du Programme National d’Amélioration de l’Accès à l’Électricité à Moindre Coût. Initié par le Gouvernement guinéen, il vise l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030.

Techniquement, ce projet prend en charge plusieurs volets lié à l'amélioration de la déserte en électricité chez les communautés bénéficiaires à savoir, l'extension du réseau et la réhabilitation, entre autres. Le projet a connu un retard dans son exécution en raison de la COVID-19. Toutefois, l'entreprise STEG International Service, en charge des travaux sur les différents sites de la préfecture de Coyah compte finir les travaux quatre mois avant la date contractuelle. Un résultat qui réjouit coordinateur du projet Djamali Ibrahime, spécialiste principal en Énergie à la Banque Mondiale et Chef de Projet Amélioration d'Accès à l'Energie en Guinée.

« Sur le site de Maneya on a un taux d'exécution qui dépasse les 60%. Il y a certains équipements qui sont déjà fonctionnels comme ce poste et l'éclairage public. On ne peut dire qu'on a rattrapé le retard pris, mais les travaux se sont accélérés.  En tout cas, nous sommes contents de la façon dont les travaux sont exécutés sur le terrain. C'est un projet qui est assez ambitieux car il vise au moins 600.000 personnes » a-t-il déclaré.

Dans les chantiers du Lot2 et Lot3 du PAAEG pilotés par l'entreprise Omexom Power and Grid, après la présentation sur l'état d'avancement du projet, les discussions ont porté sur les zones de couverture PAAEG du lot 2 dans Dubréka. Le constat a révélé que des localités telles que : Bondabon, Torokogya, Tersè et Kindiadi sont dans la zone d'ombre du projet nécessitant une couverture. Les zones de dépassement en quantité du marché sont estimées 36 % et 64%. Il a été décidé de faire une réadaptation entre les zones d'ombre et rouge du projet. Sur ce, le Directeur Technique du projet apporte des précisions.

« L'étude de base cible une certaine zone mais avec le développement de l'habitat, aujourd'hui on constate des zones d'ombre qu'il faut prendre en charge pour atteindre les objectifs du projet, en terme de qualité technique du réseau et aussi de la demande de la population », précise le responsable technique du projet.

Dans les différentes localités visitées par la mission, les populations bénéficiaires sont soulagées. Elles n’ont cependant pas manqué de faire quelques recommandations à la mission de la Banque Mondiale.

« C'est une joie pour nous. Nous sommes très ravis de ce projet qui nous a permis d'avoir le courant de bonne qualité ici à Gomboya.  Nous leur demandons de continuer les travaux car certains citoyens n'ont pas encore bénéficié du courant », a déclaré Almamy Camara, responsable de la jeunesse de cette localité.

Le même sentiment de satisfaction anime les populations bénéficiaires à Dubréka. Pour Aboubacar Soumah, l'électrification de son quartier et surtout l'opérationnalisation des éclairages publics permet de renforcer la sécurité des citoyens.

Approuvé en 2019, ce projet développement vise à accroître l'accès à l'électricité en Guinée à moindre coût avec pour objectif, toucher 200 milles branchement. Il a été financé par la Banque Mondiale à hauteur de 50 millions de dollars. Sa durée de réalisation est de 30 mois, la date contractuelle coure jusqu’au 2 novembre 2023.

SAYON Camara

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 26 novembre 2022 à 8:42