Aboubacar Camara, DG de la SEG : "Quand le problème d’eau sera réglé en Guinée, les hôpitaux seront vides…"

Guinée
Aboubacar Camara, DG de la SEG
Aboubacar Camara, DG de la SEG

CONAKRY-La Direction Générale de la Société des Eaux de Guinée (SEG-SA) a organisé ce vendredi 7 octobre 2022, une rencontre d’échanges avec des dirigeants d’entreprises de médias dans un réceptif hôtelier de place.

Une occasion que le Directeur Général de la SEG, Aboubacar Camara, entouré de ses adjoints et des cadres techniques, a mis à profit pour décliner aux hommes de médias les missions et attributions de la SEG-SA et les principaux défis auxquels elle fait face.

Lors de cette rencontre, première du genre, il a aussi été question pour les dirigeants de la SEG d’aborder la problématique liée à la pose des compteurs et l'envahissement des emprises d'eau par les habitations de particuliers, a constaté sur place Africaguinee.com.

« L’eau potable, mais à quel prix ? Comment concilier droit d’accès et paiement d’un service ? », c’est autour de cette thématique que la direction générale de la SEG a échangé avec les médias. D’entrée, Aboubacar Camara, a donné la nouvelle orientation de la Direction Générale de la SEG, l’entreprise qu’il dirige depuis quelques mois.

« La question de l'eau est transversale », a entamé M. Camara, ajoutant que les médias constituent un maillon de Pouvoir fort qui peut accompagner le Gouvernement, dans la mise en œuvre de sa politique. Notamment dans la lutte contre la désinformation.

« La politique de la SEG actuellement, c'est être plus poche des populations. Pour ce faire, il faut forcément passer par les personnes les mieux indiquées. La presse qui est des maillons forts dans la lutte contre les fausses informations peut bien jouer sa partition. Parce que quand les gens ne comprennent pas, ils inventent. Et quand on invente, ça fait la confusion", a expliqué M. Camara.

Il y a beaucoup d’efforts qui sont fournis par le Gouvernement actuel pour la déserte en eau potable, a-t-il dit. « Si on ne parvient pas à communiquer pour expliquer la nouvelle politique, préciser d’où nous venons et où nous voulons partir, quels sont les efforts de part et d'autre que chacun doit fournir pour qu'ensemble la question de l'eau soit définitivement résolue en Guinée, on ne peut pas s'entendre. Donc, voilà pourquoi nous avons fait appel aux hommes de médias, pour échanger sur la question de l'eau", a précisé le Directeur Général de la SEG.

Dans sa nouvelle dynamique de transformation, la SEG s’est déjà attaquée aux branchements clandestins. C’est dans ce cadre que des équipes de contrôles ont été déployées sur le terrain.

"Au niveau des branchements clandestins, comme vous le constatez sur le terrain, la SEG a mis des équipes de contrôleurs qui passent de manage en manage. Le but est d’assainir le fichier clients », a-t-il dit.

Des résultats probants commencent déjà à se faire sentir.  Puisqu’à date, explique Aboubacar Camara, en seulement près de deux mois d'activités, plus 2500 cas de fraudes ont été constatés sur le terrain dont 60% de cas normalisés.

« Quand on trouve des cas de fraudes, tout ce que l'intéressé a eu à faire pendant ces nombreuses années où il n’était pas surveillé, la SEG se donne le droit d'annuler cela. Nous partons sur de nouvelles bases. Au niveau de la normalisation, nous savons qu'il y a beaucoup de quartiers qui n'ont pas d'eau, mais nous allons tout faire pour satisfaire les citoyens qui sont dans ces quartiers », a promis le Directeur Général de la SEG.

M. Camara ne se fait d’illusions. Pour lui, « si nous arrivons à régler la problématique de l'eau que nous utilisons tous les jours, nos hôpitaux seront vides ».

Nous y reviendrons !

Mamadou Yaya Bah

Pour africaguinee.com

Créé le Vendredi 07 octobre 2022 à 23:02

TAGS