Bah Oury : « Nos attentes vis-à-vis du médiateur de la Cedeao… »

Guinée
Bah Oury, leader de l'UDRG
Bah Oury, leader de l'UDRG

CONAKRY-Le médiateur de la communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est attendu ce mardi 16 août 2022 à Conakry. Thomas Boni Yayi arrive cet après-midi dans la capitale guinéenne alors que le climat sociopolitique s’est fortement dégradé dans le pays. De nouvelles manifestations sont projetées demain mercredi sur toute l’étendue du territoire national. L’émissaire de la Cedéao va tenter de désamorcer la crise de confiance qui s’est instaurée entre les différents protagonistes de la transition en cours, plongée dans une impasse. Dans ce contexte quelles sont les attentes de la classe politique vis-à-vis du médiateur ? Africaguinee.com a joint Bah Oury, un des vétérans de la classe politique guinéenne. Pour le leader de l’UDRG, il y a une nécessité absolue de trouver un accord de manière consensuelle sur la durée et le contenu de la transition.

AFRICAGUINEE.COM : Le médiateur de la Cedeao est attendu ce mardi à Conakry. Quelles sont vos attentes vis-à-vis vis de lui ?

BAH OURY : La CEDEAO à travers le président de la commission a demandé au Gouvernement de transition, aux partis politiques, aux forces de la société civile de tout faire pour faciliter le travail que le médiateur de la CEDEAO aura dans notre pays. Donc, ça c'est un appel que nous tous devons prendre en compte pour avoir une démarche beaucoup plus constructive pour nous permettre d'aboutir à un accord gagnant-gagnant avec la CEDEAO. 

En ce qui concerne le processus de la transition, il y a une nécessité absolue de trouver un accord de manière consensuelle pour la fixation de la durée de la transition y compris avec ses déclinaisons à travers les programmes des étapes du chronogramme. On espère que cette fois-ci, ça nous permettra d'éclaircir l'horizon à travers un accord efficace pour crédibiliser et renforcer la démarche de la transition guinéenne. 

Selon vous comment le médiateur devrait-il s'y atteler dans ce contexte très pollué ?

Je pense qu'il faut qu'on éclaircisse le rôle et la mission du médiateur de la CEDEAO. Le médiateur de la CEDEAO est le représentant des chefs d'Etat de la CEDEAO auprès des autorités guinéennes. Il a pour mission de favoriser un accord entre les autorités de la transition et les chefs d'Etat de la sous-région. En plus de cela, il pourra avoir une démarche pour permettre de pacifier les relations entre les différents acteurs politiques, sociaux et les responsables guinéens.

Mais cela passe d'abord par un travail interne entre les différents acteurs guinéens qui doivent faire en sorte qu'un climat de dialogue, de concertation prévale sur toute autre considération. C'est nous même qui devons faire un effort important à ce niveau. Le médiateur aura un rôle de facilitateur sans pour autant avoir pour mission de pacifier totalement les relations entre différents protagonistes de la transition guinéenne. 

Lors de sa précédente visite à Conakry, Thomas Boni Yayi n'avait pas pris langue avec la classe politique et la société civile. Souhaiteriez-vous le rencontrer cette fois-ci ?

Je pense que lors de sa première visite, cela était tout à fait normal. Puisque c’était une visite de prise de contact et d'exploration des voies de cette médiation entre la CEDEAO et les autorités de la transition. Il était tout fait concevable qu'il n'ait pas dans son agenda la possibilité de rencontrer les acteurs politiques et sociaux. Cette fois-ci on espère que la première étape de sa mission est avancée.

Donc, il est de bon aloi d'écouter également les différents représentants politiques et sociaux de la République de Guinée. C'est une chose tout à fait souhaitable et concevable. J'espère de part et d’autre que tout le monde doit s'atteler à ce que ces rencontres soient des rencontres positives et qui donneront une bonne image de l'espace politique guinéenne. 

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 16 août 2022 à 12:25