Mory Condé prévient : « Je n’hésiterais pas d’installer une délégation spéciale si… »

Guinée
Mory Condé, ministre de l'Administration du territoire et de la décentralisation
Mory Condé, ministre de l'Administration du territoire et de la décentralisation

CONAKRY-Le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation menace de sévir contre certains maires et administrateurs territoriaux « indélicats ». Mory Condé qui était face aux responsables de l’administration déconcentrée et les maires de la région de Labé n’a pas fait dans la dentelle. Il prévient que tout manquement sera « sanctionné ».

« Vous êtes maire vous avez été élu par les citoyens sur la base des programmes que vous avez vendus. Je ne peux pas comprendre que dans votre fonction de maire, vous vous transformiez en entrepreneur et prendre l’argent de la collectivité, des citoyens qui vous ont élus, pour donner à des entreprises (vous appartenant) pour réaliser des infrastructures. Dans certaines collectivités où nous sommes passés, plusieurs milliards ont été décaissés pour réaliser des maisons de jeunes, pour réaliser des sièges pour la commune. Mais en moins d’un an, quand vous arrivez vous trouverez qu’il y a des fissures partout.

C’est presqu’en train d’être ruiné pour la simple raison qu’au lieu de prendre des entreprises qui ont la maîtrise de la réalisation, vous vous êtes vous-même octroyé ces marchés. Donc, des missions sont sur le terrain (…). Les collectivités dans lesquelles ou nous nous rendrons compte que le maire ou des conseillers sont dans ces genres de situations, nous n’allons pas hésiter à prendre des sanctions conformément à la loi contre ces collectivités par rapport à l’utilisation des ressources publiques.

Autant la cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) est en train de travailler à Conakry, autant les cours et tribunaux ont la compétence de vous convoquer si l’argent public n’est pas bien utilisé », a averti le ministre Mory Condé qui annonce que progressivement, la semaine prochaine, certaines collectivités verront leurs comptes dégelés, car, dit-il, le travail de vérification est terminé.

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a adressé des mises en garde aux différents administrateurs territoriaux qui se comportent toujours en officier de police judiciaire. Il menace de traduire devant le tribunal militaire tout « homme habillé » qui se livrerait à cette pratique.

« Les gendarmes qui étaient en fonction qui sont devenus sous-préfets ou des policiers, vous n'êtes plus des commandants d’unité ou bien des commandants de brigade. Arrêtez de convoquer les citoyens dans vos bureaux, vous n’êtes pas juges, vous n’êtes pas procureurs. Si jamais j’entends désormais qu’un sous-préfet a convoqué un citoyen ou un maire pour l’entendre sur des questions d’infractions, la personne sera automatiquement mise à disposition de son service d’origine pour des sanctions disciplinaires qui peuvent aller jusqu’à sa mise à la disposition du tribunal militaire.

Vous êtes administrateur territorial, vous représentez le chef de l’Etat vous n’êtes pas juge. Quand les citoyens sont en conflit avec la loi, tout ce que vous pouvez faire, c’est de faire les réquisitions, demander à la gendarmerie ou à la police d’intervenir pour préserver la quiétude sociale dans la circonscription où vous êtes sous-préfets. Vous n’avez pas la vocation de convoquer des citoyens et demander des amendes.

Si vous êtes nostalgiques de vos fonctions de commandant de gendarmerie ou de brigade, informez les préfets, nous allons vous remplacer vous allez continuer à faire cela. Avant-hier, j’ai été interpellé par un citoyen dont le papa a été convoqué dans une préfecture de la région de Labé pour un problème de bœufs. Le sous-préfet a demandé une rançon de deux millions Gnf.  Je ne vais pas dire son nom ici mais il se reconnaitra. Si ça arrive désormais, la personne sera mise à la disposition de la gendarmerie pour être déférée au tribunal militaire parce que, pour moi, ce n’est pas conforme à la loi », prévient Mory Condé.

Le ministre martèle aussi qu’il ne tolérera pas les clivages politiques à l’intérieur des mairies. Partout où un maire affichera son appartenance politique, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, promet de sévir et d’installer une délégation spéciale.

« A l’endroit des maires, dès que vous êtes élus, vous cessez d’être l’acteur d’un parti politique, il y a des mairies qui sont encore fermées dans la région de Labé, simplement parce que tel ou tel parti politique n’est pas d’accord. J’instruis les préfets qui sont là : partout où vous avez dans les collectivités des mairies qui sont fermées à cause des clivages entre deux partis politiques, informez-moi nous allons dissoudre le conseil communal concerné pour faire une délégation spéciale. Nous, on n’appartient à aucun parti politique, on n’a pas d’état d’âme quand il s’agit de défendre l’intérêt public. Quand vous êtes élus comme maire, vous devez agir désormais comme représentant des citoyens dans la collectivité et non représentant d’un parti politique », a laissé entendre le ministre Mory Condé.

Thierno Oumar Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 10 juin 2022 à 17:24