Guinée : les "dessous" de la hausse de la taxe d'importation des véhicules…

Guinée

CONAKRY- En Guinée, s'offrir un engin à quatre roues risque d’être encore plus compliqué qu’avant pour les citoyens. Et pour cause, depuis le 16 mai 2022, le Gouvernement guinéen à travers la Direction Générale des Douanes, a décidé de revoir à la hausse la taxe d'importation des véhicules à 75%.

Un véhicule qui était dédouané en raison de 7 millions GNF, le prix a grimpé jusqu’à 11 millions GNF. Le prix du dédouanement d’un 4×4 bondit à 20 millions GNF alors qu’avant l’augmentation de la taxe, le prix oscillait entre 11 et 12 millions GNF. Cette décision aura certainement des conséquences sur le marché de voitures en Guinée.

Les importateurs de véhicules qui n'ont d'autre choix que de la respecter, expriment des inquiétudes et annoncent à leur tour l'augmentation du prix des véhicules sur le marché. En Guinée, la tarification des véhicules importés est désormais à 75%. 

Mais quelles sont les raisons de cette augmentation ? Nous nous sommes rendus ce lundi, 23 mai 2022 à la Direction Générale des Douanes. Sous le sceau de l'anonymat, une source de cette direction nous révélé les dessous de cette hausse. Selon notre informateur, la hausse la taxe d'importation des véhicules à 75% est la conséquence de la baisse des importations née du conflit russo-ukrainien. Dans le cadre donc de la mobilisation des recettes, la douane se trouve confrontée à des difficultés qui freinent l'atteinte de son quota. Au compte de l'année 2022, la douane apprend-on, doit mobiliser 13 milles milliards de francs guinéens. Et à date (cinquième mois de l’année), le taux de recouvrement est en dessous de 50%. 

Dans le souci d'éviter la colère du président de la transition, la douane guinéenne a décidé de miser sur les ressources internes. C'est ce qui explique cette augmentation de la taxe liée à l'importation des véhicules. Selon notre informateur, parmi les gros contributeurs dans l'escarcelle de la douane, figurent les importateurs de véhicules qui jouent un rôle important dans la mobilisation des ressources internes. D'ailleurs précise notre source, autorisation est désormais faite aux importateurs de véhicules d'importer des véhicules de toutes les catégories. Plus besoin d'évoquer la question liée à l'âge des véhicules qui doivent rouler en Guinée. 

Cette décision avant qu'elle ne soit annoncée officiellement, a fait l'objet de discussions entre la Direction Générale des Douanes et les importateurs de véhicules.  Selon Moussa Cissé, secrétaire administratif des importateurs de véhicules, au cours la rencontre, ils (importateurs) avaient proposé à ce que l'augmentation à intervenir soit comprise entre 20-25%. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. 

« Ils avaient exposé qu'ils sont en besoin d'argents. Bons citoyens que nous sommes, nous avons voulu participer à la mobilisation des recettes douanières mais à la hauteur de nos moyens et surtout du niveau de vie des Guinéens. Donc, les 25% ont été rejetés. Ils ont voulu nous imposer les 75% qui ont été finalement validés. Cette décision est entrée en vigueur depuis le 16 mai 2022. Mais la particularité dans tout ça, ils n'ont donné aucune marge aux importateurs de véhicules découler d'abord les marchandises qui sont déjà à Conakry pour leur permettre de se préparer à une éventuelle tarification. Vous n'êtes pas sans savoir que celui qui devait sortir douze véhicules à 70 millions GNF, avec cette augmentation, la personne va payer jusqu'à 130 millions GNF. Vous voyez l'écart », a déploré Moussa Cissé.

En ce qui concerne les éventuelles conséquences liées à cette augmentation, le secrétaire administratif des importateurs de véhicules en Guinée n'est pas passé par le dos de la cuillère. Moussa Cissé n'écarte pas une possible augmentation du prix des véhicules. Ce qui sera nul doute, une énorme difficulté pour les consommateurs.

« Les conséquences seront vraiment énormes. Tout véhicule qui avait l'habitude d'être vendu à 25 millions GNF partira directement de 30 à 33 millions GNF. Les véhicules qui étaient dédouanés à 7 millions GNF sont partis à 11 millions GNF. Les 4×4 qu'on avait l'habitude de dédouaner entre 11 et 12 millions GNF sont partis à 20 millions. Comme le commerce aussi c'est le profit, automatiquement ça va changer tous les calculs et le prix des véhicules va changer. C'est le bas peuple qui va souffrir surtout quand on connait l'importance de la mobilité en Guinée où dans le système du transport public rien n'est fait, tout le monde n'achète que ces véhicules pour aller au travail. Voilà les conséquences un peu », a fait savoir Moussa Cissé, secrétaire administratif des importateurs de véhicules en Guinée.

Abondant dans le même sens, Bouna Nemaka Tounkouta importateur de véhicules que nous avons trouvé dans son parc à Nongo avoue que cette augmentation est un autre coup dur. A l'en croire, depuis un bon moment, la clientèle a fortement baissé.

« Depuis l'arrivée du CNRD, les affaires sont au ralenti. Nous ne recevons pas de clients. La preuve est là, mon park est rempli de véhicules. Si on vient encore ajouter les 75%, ça serait très difficile pour nous. Je pense que c'est la population qui souffre toujours. Pour dire vrai, avec l'augmentation là, nous sommes inquiétés parce que le business ne marche pas », s'est plaint cet importateur de véhicules.

Siba Engagé

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 623 06 56 23

Créé le Mardi 24 mai 2022 à 13:35

TAGS