Menaces de sanctions : La junte guinéenne fait un pas vers la Cedeao...à dix jours de la fin de l'ultimatum

Guinée
Nana Akufo-Addo  président en exercice de la CEDEAO, Alassane Ouattara avec Mamadi Doumbouya à Conakry en septembre dernier
Nana Akufo-Addo président en exercice de la CEDEAO, Alassane Ouattara avec Mamadi Doumbouya à Conakry en septembre dernier

CONAKRY-Agacés par l’absence de visibilité sur la transition, les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), avaient donné le 25 mars dernier, un ultimatum à la junte militaire en Guinée. 

Les chefs d’Etat de l’organisation sous-régionale avaient demandé aux autorités guinéennes, la finalisation d’un chronogramme acceptable de la transition au plus tard le 25 avril 2022. Passé ce délai, des sanctions économiques et financières entreront immédiatement en vigueur.

Alors que l’ultimatum de la CEDEAO expire dans dix jours, le Gouvernement guinéen vient de faire un pas non des moindres.

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé a présenté, vendredi 15 avril 2022 un document de 58 pages (voir en attaché en bas de l’article) répertoriant les actions essentielles à mener pour aboutir à l’ordre constitutionnel, rompu le 05 septembre 2021 par le coup d’Eat.

En mars dernier, la CEDEAO avait dénoncé le fait que les priorités de la transition ne soient pas définies et peu de progrès ont été réalisés dans le processus.

Si le document qui a été partagé aux acteurs politiques n’apporte aucun détail sur la durée d’exécution des activités prévues, il a le mérite d’avoir au moins apporté des précisions sur  les étapes clefs à franchir pour aboutir à un retour à l’ordre constitutionnel en Guinée.

L’autre préoccupation exprimée par la Cedeao était liée à la dégradation de la situation sociopolitique du fait de l’insuffisance de dialogue entre le gouvernement et les acteurs politiques et la société civile.

Sur ce point, le Gouvernement guinéen a tenté de poser certaines actions, bien que celles-ci aient été rejetées par une frange importante de la classe politique.

C’est notamment la mise en place du cadre du dialogue inclusif dont le coup d’envoi a été donné ce vendredi par le chef de la junte, Mamadi Doumbouya.

Mais le Gouvernement devra encore plus d’efforts pour convaincre les « hésitants » à rejoindre les rangs, car les trois grandes formations politiques du pays (UFDG, UFR, RPG arc-en-ciel et plusieurs partis) ont tous boycotté la rencontre.

Africaguinee.com vous propose de découvrir ci-dessous les dix étapes clefs recensées par le Gouvernement.

1. RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L'HABITAT

2. RECENSEMENT ADMINISTRATIF A VOCATION D'ETAT CIVIL

3. ETABLISSEMENT DU FICHIER ELECTORAL

4. ELABORATION DE La NOUVELLE CONSTITUTION

5.ORGANISATION DU SCRUTIN REFERENDAIRE

6. ELABORATION DES TEXTES DE LOIS ORGANIQUES

7.ORGANISATION DES ELECTIONS LOCALES

8.ORGANISATION DES ELECTIONS LEGISLATIVES

9. MISE EN PLACE DES INSTITUTIONS NATIONALES ISSUES DE LA NOUVELLE CONSTITUTION

10.ORGANISATION D'ELELECTION PRESIDENTIELLE.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Samedi 16 avril 2022 à 14:59