Convention du RPG-ARC-EN-CIEL : Jour de départ de Kassory où la survie du parti fondé par Alpha Condé

Guinée

Soutenu par la quasi-totalité des structures du parti en Guinée comme à l'étranger, l'ancien Premier ministre a été confirmé à la présidence du RPG-ARC-EN-CIEL à l'issue de la convention de ce jeudi 31 mars 2022. Ce plébiscite est un jour de gloire et de départ pour Kassory Fofana mais aussi de survie pour le parti fondé par le Président Alpha Condé.

Les campagnes de dénigrement, les attaques et injures, les manipulations violentes ou les rébellions d'un miniscule groupe sans assise réelle, n'auront finalement servi à rien. Dr Ibrahima Kassory Fofana, imperturbable, est bel et bien le nouveau Président du RPG-ARC-EN-CIEL. 28 ans après le congrès extraordinaire de mars 1994, qui a procédé à la révision et modification des statuts avec la création de poste de Président et l'élévation du secrétaire général Alpha Condé à ce haut rang, tous les membres statutaires du parti élargi ou unifié, venus de tous les horizons, se sont retrouvés en convention pour élire un nouveau Président, en l'occurrence Dr Ibrahima Kassory Fofana, et les membres des différents appareils devant présider aux destinées du RPG-ARC-EN-CIEL pour les prochaines années. 

C'est dire que la légitimité du nouveau Président et celle de ses collaborateurs et futurs compagnons ne saurait souffrir d'aucune contestation. 

Les opposants à cette déterminée et lucide volonté des militants et responsables de sauver un parti surpris et tétanisé par le coup d'état du 05 septembre 2021 rament désormais à contre-courant. 

Mais au-delà du patent échec enregistré avec la qualité de la mobilisation de tout le parti et son contenu du parti ainsi que de la clarté des messages de soutien livrés à la tribune de la Convention, c'est surtout la mauvaise foi et la malhonnêteté de certains qui révoltent et indignent les militants du RPG-ARC-EN-CIEL aujourd'hui. Estimant qu'aucun de tous les partis qui ont décidé, volontairement, solidairement surtout juridiquement, de se fondre pour donner naissance au RPG-ARC-EN-CIEL en signant son acte de création, n'avait plus d'existence légale et ne pouvait plus prétendre désormais à aucune forme d'activité au nom de l'ancien, beaucoup ont été déçus de voir quelques responsables, qui ont abondamment et largement profité des 11 ans de pouvoir du Président Alpha Condé sous la bannière du RPG-ARC-EN-CIEL, ressusciter leurs anciens partis, revendiquer et se remettre encore dans la posture de leaders quelques mois seulement après la fin du régime qu'ils ont entraîné vers la chute. 

C'est le cas de Malick Sankhon qui a subitement exhumé La Cause Commune (LCC) derrière laquelle il s'abrite à nouveau pour s'opposer à la direction provisoire présidée par Dr Ibrahima Kassory Fofana et tenter de saboter la tenue de la convention nationale. Que Malick Sankhon, responsable du RPG-ARC-EN-CIEL, manifeste son opposition ou son hostilité au directoire provisoire, c'est son droit le plus absolu, le pacte de Varsovie est mort depuis des décennies, l'unanimisme n'est plus un mode de fonctionnement des partis politiques aujourd'hui. 

 Mais quand l'ancien directeur général de la CNSS attend de constater la perte effective des énormes privilèges de son statut de haut responsable du régime déchu et ces moments très difficiles d'après coup d'état pour l'ancien pouvoir, pour nier la disparition légale de son ancien parti, LCC, le brandir aujourd'hui comme arme de menace sinon de guerre contre le RPG-ARC-EN-CIEL, il heurte forcément les consciences. 

De 2 choses l'une : Soit, Malick Sankhon, sous le manteau de membre ou responsable du RPG-ARC-EN-CIEL, continue sa contestation de la nouvelle direction élue du parti, avec moins de chance d'être écouté par les militants et les responsables. Soit, il est Président de LCC (ce qui nécessite quelques nouvelles procédures politiques et administratives) et n'a plus droit de se réclamer et de s'impliquer dans les affaires de la cuisine interne du RPG-ARC-EN-CIEL, parti concurrent ou adversaire dorénavant.

Avec le temps, le terrain déterminera le poids de l'un et l'autre et tout le monde saura la valeur des différents leaders. Toujours est-il que les observateurs admettent mal que de son exil dit médical, Malick Sankhon s'illustre par des agissements frisant la fragilisation du RPG-ARC-EN-CIEL.

En ce qui concerne l'ancien Président de l'assemblée Nationale, Amadou Damaro Camara, sa dissidence ou son refus d'adhérer à la nouvelle donne, manifestée à travers ses multiples sorties médiatiques est difficilement justifiable pour un responsable de son niveau.

Cependant, contrairement à Malick Sankhon, Damaro ne se réclame d'aucun autre parti et n'exprime le moindre sentiment allant dans le sens de vouloir quitter le RPG-ARC-EN-CIEL même si sa prise de distance du processus vers la Convention était manifeste. 

Selon un observateur avisé, il serait difficile d'interpréter autrement le silence de l'ancien ministre de la défense que par une forme de tactique chez Dr Mamadi Diané de se faire oublier momentanément fortement éprouvé et traumatisé qu'il est par des déboires personnelles déclenchées par la chute inattendue du régime de sa vie.

Dans un futur estimé proche sinon très proche, les analystes parient sur le ralliement de Damaro et Dr Diané à l'intérêt du parti incarné par le nouveau Président, Dr Ibrahima Kassory Fofana. 

Beaucoup se refusent à citer ou à commenter les attitudes de Zakaria Koulibaly ou de Ibrahima Kalil Kaba qualifiés d'illustres inconnus incapables de mener le RPG-ARC-EN-CIEL même d'un centimètre de plus. Tirés du trou par les calculs du Président Alpha Condé de toujours vouloir surprendre l'opinion par la nomination de jeunes anonymes, Zakaria Koulibaly et Ibrahima Kalil Kaba, contrairement à Bantama Sow, Ibrahima Kourouma, Alpha Yero Balde, n'ont aucun mérite, aucun haut fait dans l’histoire de la longue lutte du RPG. Le destin a voulu qu'ils soient parmi ceux qui ont eu l'avantage et le privilège de récolter les fruits mûrs des graines plantés et germées par des millions de militants anonymes dont beaucoup jusqu'au sacrifice suprême. Mais, aussi loin qu’on remonte, ils n'ont aucune trace dans le long combat historique du parti ni dans celui victorieux du Président Alpha Condé en 2010. Nul n'a entendu parler ni de Kalil Kaba ni de Zakaria Koulibaly pendant la campagne présidentielle de 2010. Hélas, l'épine est sous Larose.

Pour beaucoup, ces deux comme tous les agitateurs, grands profiteurs des pistils de la fleur fécondée par les vrais militants, ont également intérêt à être lucides, à revenir sur terre et réaliser qu'ils sont loin du début de commencement de l'étoffe du charismatique leader dont a aujourd'hui besoin le RPG-ARC-EN-CIEL pour survivre, envisager et construire l'avenir avant de prétendre à la reconquête du pouvoir.

Par ces objectifs, la date du 31 mars 2022 restera dans les annales du RPG-ARC-EN-CIEL comme celle du sauvetage et de la relance et pour son nouveau Président, Dr Ibrahima Kassory Fofana comme Jour d'un nouveau départ vers ...

Avec sa riche expérience administrative et politique, Dr Ibrahima Kassory Fofana, leader naturel de presque tous les cadres du pays, l’un des principaux artisans de la victoire d’Alpha Condé au crucial 2ème tour de la présidentielle de 2010 est de loin le leader naturel du RPG-ARC-EN-CIEL.

Il a acquis les galons d'homme d'Etat dont a forcément besoin ce parti, et, probablement, la Guinée pour vaincre l'ethnocentrisme, le régionalisme et le communautarisme dont se servent certains pour aveugler la conscience des populations Guinéennes.

Fakoly Kourouma

NB : Ce contenu ne relève pas de la rédaction d'Africaguinee.com

Créé le Vendredi 01 avril 2022 à 13:06