Guinée: Pourquoi Annadif et Kassi-Brou n’ont pas rencontré Cellou, Sidya et cie?

Conakry
De gauche à droite, Mahamat Saleh Annadif, envoyé spécial de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Morissanda Kouyaté, ministre guinéen des Affaires Etrangères, Jean Claude Kassi Brou, président de la commission de la CEDEAO
De gauche à droite, Mahamat Saleh Annadif, envoyé spécial de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Morissanda Kouyaté, ministre guinéen des Affaires Etrangères, Jean Claude Kassi Brou, président de la commission de la CEDEAO

CONAKRY-Venue évaluer le processus de la transition en cours en Guinée, la mission conjointe « ONU-CEDEAO » n’a pas rencontré les acteurs politiques du pays. Une première. Pourtant, dans le programme consulté par Africaguinee.com, il était prévu que ces émissaires de Antonio Guetress, le chef de l’ONU, Nana Akuffo Ado et ses pairs de la Cedeao, aient des discussions avec la classe politique guinéenne.

A la dernière minute hier, le rendez-vous a été annulé, sans qu’aucune raison officielle ne soit invoquée. D’après certaines indiscrétions, la junte qui aurait fait pression sur ses hôtes pour ne pas recevoir les acteurs politique. Cellou Dalein Diallo, a dénoncé un « mépris » de la junte vis-à-vis des leaders politiques.

« La Cedeao, les Nations-Unies arrivent (à Conakry), on nous écrit pour nous transmettre une demande de rencontre, on la programme. Les autorités du pays disent qu’il ne faut pas rencontrer la classe politique. Où avez-vous vu ça ? », a fustigé hier l’ancien premier ministre.

Lire aussi-Saleh Annadif dit ses vérités au CNRD : "Une transition n’est pas faite pour résoudre tous les problèmes d’un pays…"

Interrogé ce mardi 1er mars 2022 sur les raisons de l’annulation de la rencontre, le chef de la diplomatie guinéenne, n’est pas passé par le dos de la cuillère. « Ils (les émissaires de l’Onu et de la Cedeao, ndlr) sont venus pour voir les institutions en place. C’était ça la mission, c'est tout. Le reste, ce sont des histoires », a martelé Dr. Morissanda Kouyaté.

La junte militaire en Guinée tâtonne dans la définition de la durée de la transition, six mois après le « coup d’Etat ». Avant son départ de Conakry hier, le représentant spécial du secrétaire général et chef du bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel (UNOWAS) a dit ses vérités au CNRD, déclarant citation : « Une transition n’est pas faite pour résoudre tous les problèmes d’un pays ».

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 01 mars 2022 à 21:15