Gouvernance : Expertise France appuie la Guinée à améliorer le suivi et la gestion des organismes publics.

Guinée

CONAKRY- Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d'Appui à la gouvernance économique et financière (PAGEF), le Ministère de l'économie, des finances et du plan et Expertise France ont organisé ce mardi 25 janvier 2022 un atelier de présentation de l'état des lieux des organismes publics en République de Guinée. 

L’Objectif de cet atelier est de présenter les résultats de l'investigation menée en vue d'avoir une situation exhaustive des organismes publics qui constituent aujourd'hui une charge importante du budget de l'Etat. 

Cette initiative financée par l'Agence Française de Développement (AFD)via le Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) et mise en œuvre par Expertise France entre dans le cadre du renforcement de la gouvernance économique et financière.

"Les organismes publics bénéficient d'une proportion importante d'allocation budgétaire sous forme de transfert ou subvention. A titre illustratif, de 2018 à 2021, le montant total du crédit inscrit sur la chaîne des dépenses en faveur des organismes publics est passé de 1543 milliards de francs guinéens à 5880 milliards de francs guinéens, soit une augmentation 281% en l'espace de 3 ans. Cette situation met en évidence la nécessité d'assurer une supervision régulière et structurée des organismes publics en vue de maîtriser leur fonctionnement, d'améliorer leur performance et de contenir les risques budgétaires entrants à leur gestion.

Pour relever le défi, le renforcement de la supervision et de la performance des organismes publics, la loi 056 complète la Loi organique relative aux lois des finances et le décret portant règlement général sur la gestion budgétaire et la comptabilité publique", a expliqué le Secrétaire général du Ministère de l'économie, des finances et du plan.

Pour rappel, les organismes publics regroupent les établissements publics à caractère administratif (EPA) et les Sociétés publiques. Les EPA sont des organismes dont l'activité est principalement administrative et les ressources proviennent majoritairement du budget de l'Etat. Tandis que les Sociétés publiques sont des organismes dont l'activité est principalement de nature industrielle et commerciale avec une participation de l'Etat à hauteur de 100%. Les sociétés anonymes dont la participation de l'Etat est majoritaire sont aussi désignées par extension sous le terme sociétés publiques. 

Elhadj Abdoulaye Touré ajoute que la grande majorité des organismes publics notamment les EPA ne sont pas en conformité vis-à-vis des dispositions légales et réglementaires. 

"Très peu d'organismes publics disposent de Conseils d'Administrations fonctionnels. C'est pourquoi il est d'une impérieuse nécessité que la tutelle financière exercée par la Direction générale du portefeuille de l'Etat et des investissements privés soit renforcée afin qu'elle puisse exercer pleinement la maîtrise des risques financiers budgétaires liés à la gestion des organismes publics", a-t-il préconisé.

Après avoir présenté le contenu du rapport de l'état des lieux des organismes publics issu d’enquêtes qui ont duré deux mois (novembre et décembre 2021) sur le terrain, le consultant, Mamoudou Touré, dit avoir fait plusieurs constats.

"Au-delà des chiffres que nous avions par le passé concernant le nombre, on s'est rendu compte qu'il y a plus d’organismes publics que ce qui était annoncé. On a aussi relevé la nécessité du renforcement de la collaboration dans le cadre de l'exercice des tutelles financières et techniques des établissements publics administratifs (EPA) entre les différents services impliqués. Il s'agit des Ministères sectoriels qui sont directement impliqués mais aussi des Directions qui sont impliquées dans la gouvernance financière. Nous nous sommes rendus compte aussi que l'Etat fait beaucoup d'efforts pour ces organismes publics au titre des subventions, que ce soit pour les établissements publics à caractère administratif (EPA) ou pour les sociétés publiques. En plus, quand on compare les sorties et les entrées des ressources budgétaires à travers les sociétés publiques, on se rend compte que leur contribution au titre des dividendes versés à l'Etat mais aussi des impôts et taxes, demeurent à ce stade insuffisant", a constaté Dr Mamoudou Touré.

Le consultant propose des solutions : "Il faut donc analyser ces organismes publics, identifier les insuffisances, essayer de trouver les éléments de correction sous forme de réformes pour les amener à produire les résultats qu'on attend d'eux, c'est-à-dire participer pleinement à la mise en œuvre des politiques publiques pour l'amélioration les conditions de vie des citoyens".

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 26 janvier 2022 à 15:24