CNT : la chef de la junte refile la "patate chaude" aux acteurs politiques…

Guinée
Des acteurs politiques guinéens reçus ce samedi par Mamadi Doumbouya
Des acteurs politiques guinéens reçus ce samedi par Mamadi Doumbouya

CONAKRY- L’imbroglio autour de la désignation 81 conseillers devant siéger au Conseil National de Transition (CNT) est loin de connaître son épilogue. Alors que l’on croyait la question bientôt tranchée par le CNRD, eh bien non, il va falloir attendre encore. Le président de la transition Mamadi Doumbouya renvoie toujours la « patate chaude » aux acteurs politiques, leur demandant de s’entendre.

Le président du CNRD qui a reçu ce samedi 15 janvier 2022, les dirigeants des différentes coalitions politiques du pays, a invité ses hôtes à se « mettre d'accord » sur l'essentiel afin de désigner conformément aux critères édictés par la charte de la transition, leurs représentants au sein du CNT pour accélérer la mise en place des institutions de la transition.

La mise en place du Conseil National de Transition (CNT) est devenue un véritable serpent de mer. A l’allure des choses, l’on a comme l’impression qu’un dialgue de sourd s’est instauré entre la junte et la classe politique. La mise en place de cet organe pourtant crucial est renvoyée aux calendes grecques. Pour 81 places, la junte a reçu plus de 700 candidatures. Comment trancher ? Le CNRD se retrouve face à un dilemme.

En plus de la réclamation d'un cadre de dialogue permanent, le CNT est l’autre préoccupation majeure exprimée encore ce samedi 15 janvier 2022 par la classe politique au chef de la junte. Sauf que les autorités de la transition semblent fuir leurs responsabilités. Elles n’ont donné aucun calendrier pour la mise en place de cet organe censé définir la durée de la transition.

« La question du CNT a été évoquée, mais la réponse que nous avons, ce que le tri continue au niveau du MATD (ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation) », a indiqué Faya Milimouno, interrogé par Africaguinee.com

Lansana Kouyaté sort optimiste de cette entrevue qui selon lui, sonne le top départ des contacts entre le CNRD, le gouvernement et les partis politiques. « Je sors ravi. Parce que tout progrès à un début. On passe par des moments d'incertitudes, des moments difficiles mais, il faut reconnaître que ce qui a été posé comme acte, est déjà hautement appréciable », indique l’ancien Premier ministre.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 15 janvier 2022 à 22:44