Alpha Condé, CNT et la sortie de Doumbouya : la position de Bah Oury…

Guinée
Bah Oury
Bah Oury

CONAKRY-Quel sort faut-il réserver au président déchu Alpha Condé ? Faut-il ouvrir une procédure contre lui en Guinée ? Bah Oury vient de clarifier sa position sur cette épineuse question. Dans un entretien accordé à notre rédaction, le président du parti UDRG revient aussi sur la récente sortie du président de la Transition Colonel Mamadi Doumbouya.

 

AFRICAGUINEE.COM : « Le sort d'Alpha Condé se trouve dans les mains de la justice », a déclaré le Colonel Mamadi Doumbouya. Quel est votre appréciation sur cette déclaration ?

BAH OURY : Dans le contexte actuel, moi je suis pour que l'honorabilité, le confort tant physique que moral du Président Alpha Condé soient assurés. Le reste, prenons le temps de voir comment le faire parce que les institutions judiciaires de la Guinée d'aujourd'hui, comme des magistrats l'ont déjà dit, ont été fortement politisées. Et dans le contexte actuel, les institutions judiciaires guinéennes ne sont pas outillées ni préparées à assumer cette responsabilité historique de notre pays. Donc, à mon avis je suis pour que le président Alpha Condé soit en sécurité, vive dignement et que toutes les dispositions dues à un ancien chef d'État lui soient accordées. Le reste, avec l'aide de Dieu on verra par la suite.

Colonel Mamadi Doumbouya a indiqué la durée de la Transition sera définie par le CNT. Qu’en dites-vous ?

Je considère que ses réponses sont très sensées. Il faut que les grands axes du programme de développement du pays soient placés dans le sens de la mise en place des dispositifs des lois. La refonte du système électoral devrait prendre en compte la nécessité d'un recensement général de la population guinéenne, tant de l'intérieur que de l'extérieur. Ensuite, sur cette base extraire le fichier électoral. Des élections de la base au sommet, je pense que c'est une procédure tout à fait adaptée dans les circonstances actuelles pour éviter la répétition du passé. De l'autre de côté, pour mettre des dispositions qui permettent de gouverner la Guinée nettement mieux par la suite. 

Quant au CNT, il sera représentatif de l'ensemble des organes et structures de la société guinéenne. Donc en d'autres termes, lorsqu'il y a une assemblée constituante, laissons-lui la légitimité de fixer quelque chose qui pourrait engager l'ensemble du corps social et du corps institutionnel. C'est une vision très cadrée dans une approche institutionnelle de la question de la fixation de la durée.  

Parce si c'est le CNRD qui fixe la durée de la transition, on va dire c'est une décision unilatérale. Si maintenant ça fait l'objet de délibération dans une assemblée plus ou moins représentative de l'ensemble des guinéens, alors ce sera quelque chose qui pourrait être conforté comme étant quelque chose qui vient d'une représentation parlementaire dans un contexte de gestion de la transition. 

Alors que le quota attribué aux partis politiques pour le CNT divise, le président de la transition assure qu’il faut comprendre qu’il y a d’autres guinéens qui comptent…

De ce point de vue, je partage son avis qui consiste à dire que ce n'est pas la représentativité seulement des partis politiques qu'il faut mettre en avant, c'est une représentation relativement complète de l'ensemble de la société guinéenne. Parce que les politiques sont une chose. Les sensibilités sociales, culturelles et les diversités nombreuses qui existent et qui émergent ces dernières années doivent se refléter dans la représentativité du CNT. 

Malheureusement, de ce point de vue nous n'avons pas développé durant des années une étude sociologique régulière et poussée pour connaître quelles sont les tendances qui s'expriment au sein de la société guinéenne pour pouvoir cerner avec beaucoup plus de certitude les dynamiques qui sont en train de se mouvoir et de traverser l'ensemble de la société. Donc, c'est squelettique. C'est la raison pour laquelle nous avons indiqué que les 81 membres ne sont pas suffisants pour nous permettre d'une certaine manière d'assurer une plus grande représentativité de toutes les dynamiques qui existent dans la société guinéenne.

Si dans le cas du CNT il n'y a pas eu une vision prospective sur les 20, 30 prochaines années, il va de soi que les délibérations risquent d'être parcellaires et nous aurions souhaité que tout cela soit bien entendu. De l'autre côté, personnellement en tant que responsable politique, nous allons contribuer à notre manière autrement, à faire en sorte que les débats concernant les projets de loi, concernant les dynamiques qui s'expriment au sein de la société, puissent être répertoriés et diffuser pour encourager les prochains membres du CNT à aller au-delà de leurs propres visions personnelles pour préparer la Guinée à des mutations futures qui seront fondamentales pour faire de la Guinée la locomotive de l'Afrique de l'ouest dans les années avenir.

Pour rendre les élections crédibles, il a tendu la main à la communauté internationale. Est-ce rassurant ?

C'est tout à fait normal. Nous souhaitons que la communauté internationale dans son ensemble se regroupe pour soutenir le processus de la transition guinéenne sur le plan financier, logistique, institutionnel et politique pour nous permettre de réussir au mieux le processus de transition. C'est extrêmement important. C'est un pays qui veut redémarrer, se développer, s'enraciner dans le processus démocratique pour sortir définitivement des éternelles crises que nous avons connues depuis l'indépendance. De ce point de vue, la communauté internationale dans sa globalité, pour l'intérêt de la Guinée, de la région pour montrer qu'il y a une alternative à la déstabilisation généralisée, il est important qu’elle se retrouve autour de nous.

Nous souhaitons que la phase actuelle avec cette dynamique de transition que la Guinée soit un pays qui ouvre des nouvelles perspectives de développement, de nouvel esprit de construction démocratique à l'ensemble des pays de la région. Et pour ça, nous avons besoin que la communauté internationale dans un cadre de soutien à la transition, s'organise pour apporter de manière proactive ce qu'elle sait faire sur le plan technique, financier et sur d'autres plans.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 17 novembre 2021 à 14:10

TAGS